> Revue littéraire : Histoire de Limoges, de Laurent Bourdelas

3122014

revuelitt

96646Une fois n’est pas coutume (à moins que je propose ponctuellement des petits conseils de lecture, pourquoi pas !), je vous invite à lire – et offrir – le dernier ouvrage de Laurent Bourdelas, une Histoire de Limoges, publié cette année aux éditions Geste et que l’auteur présentera officiellement au café Littéraire ce vendredi (18h).

Si plusieurs ouvrages sur l’histoire de notre ville ont déjà été publiés (comptons parmi eux la formidable « bible » de Jean Levet ou l’ouvrage de référence de Philippe Grandcoing et Jean-Marc Ferrer), ce nouveau livre, préfacé fort maladroitement par Émile-Roger Lombertie et plus subtilement par l’écrivain Éric Faye, doit susciter notre intérêt pour les nouveaux champs de l’histoire et du patrimoine communs qu’il aborde, notamment l’alternance municipale de 2014.

La partie sur l’histoire antique et médiévale, joliment illustrée, sera utile à tous ceux qui souhaitent se réconcilier avec ces pans d’histoire que l’on confond souvent, et a le mérite pour cela de revenir sur les moments où la « grande » Histoire de France a pu s’écrire à Limoges – pensons notamment aux débats autour de l’apostolicité fantasmée de saint Martial, ou au couronnement de Richard Coeur de Lion, duc d’Aquitaine. Laurent Bourdelas actualise ces épisodes anciens en les reliant aux fouilles et découvertes qui ont permis de faire connaître aux contemporains ces richesses désormais matérialisées : les sarcophages et fours à hypocauste, le baptistère Saint-Jean, les reliques épiscopales… Il faut bien ça pour compenser l’éternelle frustration de n’avoir su garder jusqu’à nos jours l’incroyable abbaye Saint-Martial. Les développements sur l’histoire de notre ville à l’époque moderne puis durant la Révolution industrielle et l’Occupation sont également très pédagogiques. On revient avec émotion sur l’expérience des coopératives, le passage des parlementaires belges en 1940, la torture au Petit Quartier du lycée Gay-Lussac.

Dans les parties consacrées à l’époque contemporaine et plus encore, à la fin du XXe siècle, peut-être moins accessibles il faut le dire, l’auteur nous abreuve de nombreuses anecdotes et précisions souvent teintées de ses expériences personnelles, voire de ses engagements, ce qui n’est jamais trop appuyé au sens où cette présence presque physique est assumée et détache avec réussite des faits que l’on tâchera de se réapproprier. Au final, il n’y a qu’une « indicible frontière » entre les faits à valeur universelle et les histoires de copains et de rencontres de ce descendant de Ponticauds (radio, littérature, éducation : tous les piliers de la vie de l’écrivain sont mis en perspective collective !)

Car c’est aussi et avant tout en cela – par l’entremêlement de la biographie d’une ville qui s’ouvre à la modernité sans renier ses héritages, et d’un parcours initiatique puis de l’accomplissement d’homme dans des passions terrestres – que l’ouvrage, entre prose et histoire, apporte sa valeur ajoutée au paysage littéraire déjà bien fourni en ce qui concerne l’Histoire de Limoges. Inspiré par « sa » ville et ses idéaux, Laurent Bourdelas, non sans un peu de nostalgie, a le talent de retracer les portraits des figures de la vie culturelle de Limoges depuis un demi-siècle. L’occasion de faire découvrir à ceux qui l’ignorent encore le rôle prépondérant de la ville, de ses élus (parfois) et de ses citoyens engagés (toujours) dans un renouvellement permanent des idées, objets et lieux d’animation et de création. On revient sur l’épopée du jazz, celle de la radio, la rencontre insoupçonnée entre la capitale des arts du feu et la science-fiction dans les années soixante-dix, l’ouverture pour le moins marquante du centre Jean-Gagnant, le sauvetage du Ciné-Union, et l’on comprend que Limoges a su s’inventer et se réinventer. Éloquent, éclairant, sur le rôle de la culture vivante dans la dynamisation des liens sociaux, où il y a encore fort à faire.

L’Histoire de Limoges de L. Bourdelas, si elle est éminemment politique, n’en est pour autant pas un manifeste partisan, et c’est en ce sens qu’elle est subtile et sensible. On y rend hommage sans pour autant céder à une déférence équivoque. Au final, par ce beau livre, les Limougeauds consacrés feuilletteront sans doute avant tout un album photo presque familial : les amis du Trolley, les amoureux des Anciennes majorettes de la Baule, les anciens de Gay-Lu, les inconditionnels des centres culturels et de la Passerelle, les élèves du conservatoire, qui tous auront plaisir à se reconnaître et se transposer dans les souvenirs et les (jolies) photographies. Les plus jeunes, les nouveaux arrivants ou les simples curieux y trouveront des clés pour comprendre comment Limoges peut et doit engager, avec un peu de courage, de sentiment collectif et de révérence à l’égard des réussites passées, un élan conquérant vers un avenir pas si pessimiste et tout autant riche.

A la fin de la lecture, peut-être un petit pincement au cœur, celui de n’avoir pu connaître les balbutiements démocratiques des ondes limousines, la cave de Charles Caunant, haut lieu de la vie culturelle, la grange de Grossereix et ses expositions, et même le combat pour sauver la rue de la Boucherie. Un sentiment ambigu bien vite remplacé – le livre y contribue dans sa narration des jolies expériences – par la résolution d’œuvrer à la construction d’une ville où il fera de mieux en mieux vivre et où la culture, c’est certain, sera, plus qu’un goût, une valeur commune et transcendante.

> Histoire de Limoges, de Laurent Bourdelas, 270 pages. Editions Geste, 2014. (35 €)
→ Accès aux autres articles de la Revue littéraire

Image : (c) Geste Editions.




> Ces trésors que Limoges ignore encore un peu trop…

27062013

> Ces trésors que Limoges ignore encore un peu trop... dans Actualité locale expressVous avez peut-être pu vous procurer le numéro de L’Express consacré aux « trésors cachés de Limoges », il y a deux semaines. Vous y avez peut-être découvert des lieux et édifices inconnus jusqu’alors. Et vous en avez peut-être déduit, à la lumière et à l’instar de ces révélations, que Limoges devait fourmiller de ces trésors méconnus mais pourtant prometteurs. Deux défis sont sous-entendus par ce supplément documentaire. Le premier, l’équilibre entre considération et valorisation du patrimoine et aménagement et développement urbain. Le second, c’est de bien comprendre qu’au-delà de ces richesses du patrimoine bâti et matériel, Limoges semble regorger de potentiels tout autant cachés mais réels, qu’elle se doit de valoriser, pour elle, ses habitants et sa relation avec l’extérieur.

Il y a quinze jours, donc, le magazine L’Express faisait paraître, dans son supplément local limougeaud, un encart spécialement consacré à la capitale régionale et ses « trésors cachés ». Une initiative intéressante, permettant de faire la lumière sur certains angles méconnus du patrimoine local, et donc, pourquoi pas, d’inciter à un regard plus insistant et plus original sur des éléments qui font l’originalité de la ville. Cette originalité s’incarne d’une part par la très grande diversité, voire disparité des richesses patrimoniales, tant en époques qu’en aspect. Beaucoup de voyageurs et observateurs le remarquent, et ce n’est pas forcément un mal que de voir se côtoyer architecture contemporaine et bâti séculaire quand la cohabitation est harmonieusement négociée. D’autre part, Limoges se distinguerait – et ce n’est pas toujours heureux – par le caractère méconnu et insoupçonné de ce patrimoine. Car si des efforts ont été récemment fournis dans la mise en valeur de certains éléments jusqu’alors minimisés ou mal connus, beaucoup reste à faire (on pense au patrimoine archéologique antique ou au patrimoine industriel).

Le patrimoine, un outil au service de la cohésion sociale

De ces idées jaillit le défi majeur de la gestion du patrimoine : savoir le définir, l’apprécier à sa juste valeur et déterminer les objectifs et intérêts finaux de son appropriation, trouver le bon équilibre entre valorisation et aménagements, avec ce que cela peut supposer en terme de développement touristique et économique, mais aussi en ce qui concerne de réelles promesses sur le bien-être social, la cohésion des populations au-delà de leurs différences. Parvenir à déceler l’intérêt d’une valorisation sur un site sans tomber dans les travers de la muséification, savoir négocier l’inclusion d’éléments patrimoniaux dans un quartier pour en faire un symbole sinon un repère spatial vecteur d’harmonie paysagère et évocateur d’appropriation populaire, ce sont des enjeux majeurs pour faire des quartiers et des villes des espaces où il fait bon vivre et exercer une activité, de façon collective.

fourmontjovis-300x192 dans Aménagement du territoireLe magazine a cru bon parler de certains monuments visitables mais connus (le souterrain de la Règle, la rue de la Boucherie) ou bien moins (le cimetière de Louyat, les thermes de la villa gallo-romaine de Brachaud), et parfois – ce qui est encore plus intéressant – bien moins accessibles, dont le sort est de ce fait délaissé voire ignoré. C’est le cas du campanile de la gare, fermé pour raisons de sécurité depuis 2007, de la crypte Saint-Martial, ouverte et fouillée mais peu avenante, ou des fours à porcelaine subsistants, qui exception faite de celui des Casseaux, dépérissent petit à petit alors qu’ils sont le symbole physique du passé industriel de Limoges. Cette visibilité momentanée doit pouvoir sensibiliser ne serait-ce qu’un peu le lecteur au devenir de pans entiers de notre histoire, de nos références partagées. Autant de supports de cohésion sociale et de dynamisme économique et culturel. Et de fierté, aussi, cela compte…

Un discours politique volontaire et positif et une mobilisation collective au service de l’émergence de fiertés et de secteurs porteurs et salutaires

Mais beaucoup de potentiels restent ignorés ou sous-exploités. Le patrimoine linguistique et artistique autour de la culture occitane écrite et orale en est un que je trouve parlant ! Mais on peut aussi penser aux sujets qui sont davantage des « patrimoines en devenir », des marques de fabrique à créer et à dynamiser, des niches d’excellence en puissance (excellence environnementale, transports en commun, lecture publique, etc.). Des opportunités ont su être saisies dans les domaines de l’eau, du luxe, du droit de l’environnement ou de la francophonie. Gardons-le en tête et soutenons les efforts dans le temps et dans les discours ! Evidemment, il convient d’agir en mobilisant les bons outils et les bons arguments, en écartant récupérations politiques, réécritures historiques et artificialisation des traditions. Limoges (et je parle ici de la ville et de ses populations, bien au-delà des seuls édiles), n’a pas encore bien pris la mesure de toutes ses richesses, et même si en plusieurs points elle est sur la bonne voie, les discours ambiants et les inerties parfois observés sont la preuve que les efforts ne sont jamais assez poursuivis et, surtout, jamais assez partagés ! Et ce partage par tous, il passe à la fois par la mise en place d’outils de démocratie de proximité et par la prise de conscience des riverains.

Photo aérienne : (c) Google : le four de l’avenue Montjovis.




> La croisée des chemins !

24062013

> La croisée des chemins ! dans Actualité locale dsc_8623-300x200Je n’ai pas coutume de m’adresser directement aux éventuels passagers du blog, mais une fois n’est pas coutume ! Je reprends la parole après une longue période de silence. Il faut dire que ces dernières semaines ont été chargées, en temps et en esprit, entre quelques vacances, plusieurs procédures de candidature pour la suite des mes études, des engagements au Conseil régional des jeunes et le choix de relancer quelques petits travaux sur Wikipédia. La faute à un petit manque de motivation, aussi, sans doute.

La perspective des élections municipales de 2014 me préoccupe beaucoup. Aussi, vous devez prendre connaissance des débats, c’est votre rôle de citoyen. Pour tâcher de vous y aider, consultez la presse locale, les blogs et autres moyens modernes d’information, mais gardez votre sens critique et surtout, posez-vous des questions. Allez au devant de l’information conventionnelle. N’oubliez pas que vous êtes chaque minute un citoyen et que tous les sujets sont politiques (au sens large et noble), notamment les plus quotidiens, les plus évidents, qui concernent chacun de nous à chaque instant, de votre trajet en voiture à vos horaires de cornemuse et des visites touristiques que vous conseillerez à vos amis parisiens à vos courses en centre-ville. Non pas parce que l’acteur politique élu en est le garant exclusif. Mais bien parce que le rapport que vous entretenez avec celui-ci via vos activités fait de vous un acteur politique au sens premier. Engagez-vous dans les débats… et s’ils n’existent pas encore, demandez leur création.

Avec la page Facebook, le profil Twitter et le blog Municipales 2014, j’espère que vous trouverez matière à vos réflexions. Je tâcherai d’y publier des articles sur l’actualité et les enjeux de l’élection. Des liens vers ces publications seront disponibles sur le blog.

De mon côté, licence de géographie validée et déjà les préparatifs en cours pour un parachutage à Genève en Master 1 Géographie ! Dieu merci, là-bas aussi, il y a des trolleys (cf. ma photo ci-dessus). Mais Limoges-Genève, c’est un certain nombre de kilomètres et d’heures de trajet. Et si j’aurai à cœur de rester du mieux que je pourrai connecté à la vie limougeaude, il me sera difficile de me confronter au terrain comme je le faisais jusqu’alors. Mais alors, si un tel déracinement se confirme, et même s’il n’est évidemment pas définitif et encore moins total, que faire de ce blog dont la raison de vivre est bien mon engagement formel ou non dans l’actualité locale ? Je n’ai pas encore de réponse. Je vais donc m’efforcer de continuer à publier ici au moins jusqu’à septembre. Le moment venu, je déciderai du sort que je réserve à cette aventure de blogueur démarrée il y a presque six ans maintenant. Avec la certitude que quoi qu’il arrive, quel qu’en soit le moyen, je demeurerai présent, ici ou là, sur la blogosphère ! Je vous en avertirai.




> Réinstaurer une culture de débat : une exigence démocratique

30052013

> Réinstaurer une culture de débat : une exigence démocratique dans Actualité locale bsocit

dnte-300x223 dans Aménagement du territoireDans le cadre du Débat national sur la transition énergétique que le gouvernement a voulu mettre en place en 2013, la Région Limousin a décliné l’événement à son échelle et organisé le 24 mai 2013 une « Conférence régionale des énergies », à l’Hôtel de Région, à Limoges. L’occasion de mettre autour de la table les acteurs régionaux directement impliqués pour échanger des priorités et des enjeux qui s’imposent à notre territoire à l’heure où nécessité est faite de réorienter nos choix énergétiques, en qualité et en quantité. Un moyen également de saisir l’importance du débat citoyen.

Soucieux d’associer la jeunesse à ses enjeux qui concernent à plus d’un titre les jeunes générations, la Région avait sollicité le CRJ pour qu’il présente les Trophées du développement durable, exemple parlant et concret d’une application découlant des discussions des Assises de la transition écologique de l’économie et de l’emploi, organisées en 2011. Ces discussions furent l’occasion de créer des espaces de travail citoyen participatif inédits. Ce fut l’occasion de prouver combien les jeunes limousins se sentaient impliqués dans les débats qui animent actuellement notre société, à toutes échelles.

Représentants des chambres consulaires, des secteurs public et privé de l’énergie, des consommateurs, d’associations de protection de l’environnement, des salariés, élus mais aussi citoyens lambda simplement impliqués dans la vie locale: tous avaient été conviés pour échanger à travers 4 ateliers sur les énergies renouvelables, la sobriété et l’efficacité énergétique, le financement de la transition énergétique et les scénarii pour atteindre le mix énergétique en 2025.Les conclusions de ces échanges seront communiquées au Ministère du Développement durable. Les débats, cordiaux mais parfois vifs compte-tenu des désaccords que les différentes pistes en matière d’énergies peuvent susciter, ont notamment porté sur l’intérêt d’intégrer au mieux l’ensemble de la population à ces discussions par de nouveaux modes de gouvernance, et de clarifier et simplifier les procédures visant à l’instauration de nouveaux modes de production et de gestion de l’énergie. Les propos ont aussi traité de l’importance définir le profil du mix énergétique à instaurer : un débat capital en Limousin, où l’exploitation historique de l’uranium comme les potentiels en énergies renouvelables (hydraulique et éolienne notamment) donnent matière à l’échange.

Ces rencontres avec des publics extérieurs répondent pleinement au souhait du CRJ d’ouverture et de décloisonnement des initiatives.

eoliennes_0-300x157 dans GouvernementLes intervenants, au premier rang desquels se trouvaient les représentants de l’institution régionale, tels le Président Jean-Paul Denanot et le Vice-Président Jean-Bernard Damiens, ont salué la présentation des Trophées du développement durable, dont la réussite avait été remarquée, et ont insisté sur la part que devaient prendre les jeunes aux débats actuels sur cette transition énergétique. Plusieurs des invités ont eu à cœur, dans les moments les plus informels de la conférence, de saluer la présentation de l’initiative portée par le CRJ, et de s’intéresser au fonctionnement de cette instance consultative et participative. Ces rencontres avec des publics extérieurs répondent pleinement au souhait du CRJ d’ouverture et de décloisonnement des initiatives.

J’ai pour ma part eu plaisir à échanger avec quelques-unes de ces personnalités convoquées pour l’occasion. Je repense à ce directeur de la Chambre des métiers de la Creuse, qui non content de me louer la qualité de vie et d’exercice de son activité en Limousin, s’est attaché à comprendre le fonctionnement de l’institution du CRJ. Je pense aussi à cette représentante de l’Ademe avec qui nous avons discuté de la réussite des Trophées comme des perspectives de notre Conseil. Je pense à ce représentant de l’UFC-Que choisir. Je pense aux compliments divers adressés à mon intervention et au-delà de ma personne à l’engagement de jeunes sur les problématiques de durabilité. Je pense enfin à cet échange chaleureux avec une conseillère régionale du Limousin, que j’ai connu dans un autre cadre, plus scolaire, et qui a eu à cœur de connaître mon ressenti de « jeune conseiller régional ». Je ne me gargarise pas de flatterie, mais je suis touché de ces marques d’intérêt qui doivent encourager à toujours davantage s’engager, quel que soit le domaine.

Prouver que l’échange citoyen doit être le fondement d’une véritable refonte démocratique de notre sociét

bandeau-fb-300x129 dans HollandeRépondant au même souhait de pleine intégration de la jeunesse à ces considérations énergétiques, j’ai récemment eu vent de l’organisation d’un débat sur le même sujet, par les Jeunes Ecologistes. Après-demain, le 1er juin, une grande réunion verra donc se réunir, à leur instigation, des jeunes engagés en politique de la gauche (Jeunes communistes, Jeunes radicaux, Jeunes du PG, MJS) mais aussi du centre et de la droite (Jeunes démocrates, Jeunes UDI et Jeunes Populaires). Attaché à l’existence d’espaces d’échanges formalisés, institutionnalisés pour qu’ils convainquent et fassent figure d’arguments d’autorité et d’encouragement à l’exemplarité citoyenne des représentants politiques, je ne peux que saluer une telle initiative. Non seulement, celle-ci doit permettre – je l’espère – de replacer les défis engendrés par un tel enjeu, mais aussi et surtout, en l’occurrence, au-delà des étiquettes, prouver que l’échange citoyen doit être le fondement d’une véritable refonte démocratique de notre société, à l’heure où nos institutions n’ont jamais paru si discutées. Si nous pouvons saluer François Hollande dans sa volonté de réorienter la forme de l’exercice de sa présidence, nous ne sommes que plus impatients d’attendre de lui une véritable réinvention de notre modèle démocratique, dont chaque jour nous percevons l’essoufflement. Pour ne pas dire l’obsolescence ! Ce serait un fort engagement en faveur de la durabilité la plus transversale.

Puissions-nous, ici aussi à Limoges, où la culture du débat ne demande qu’à être insufflée, prendre de la graine de cette louable initiative, du côté des jeunes engagés en politique, comme de leurs aînés siégeant actuellement dans les assemblées élues, qui doivent garder en tête qu’ils tiennent leurs sièges des suffrages des électeurs…

N.B. : une version plus courte de cet article a été publiée sur le blog du Conseil régional des jeunes du Limousin. La version publiée ici propose un point de vue plus personnel.

Photos : logo du DNTE ; éoliennes de Boussac (c) France 3 Limousin ; annonce du débat jeunesse sur la transition énergétique (c) Jeunes Ecologistes. 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 




> Municipales : brèves de campagne #3

23052013

> Municipales : brèves de campagne #3 dans Actualité locale b-limoges2014-300x25

A dix mois des élections municipales, le sujet fait encore un peu plus parler de lui dans le microcosme limougeaud. Et les sujets abordés dans le corps de la dernière lettre d’info municipales comme dans les tribunes politiques sont révélateurs de ce changement progressif d’atmosphère, qui annonce un été riche en constitution de listes et de programmes.

dsc_9510-300x200 dans Aménagement du territoireLimoges 2025, expo citoyenne et/ou message politique ?

« Limoges 2025, imaginons notre avenir ». Non, ce n’est pas le slogan d’une liste pour la prochaine échéance électorale, mais c’est bien le titre de l’exposition organisée par la municipalité à la BFM, ouverte le 28 mai prochain ! A travers une déambulation en 6 étapes, on sera mis en face des méthodes de l’action publique, des tendances, des atouts, des acquis, des perspectives de notre ville. Le tout surmonté de quelques animations un peu plus spectaculaires et interactives (film de la ville par un drone, animation théâtrale de l’Académie régionale de l’Union, etc.) Autant de sujets à même de captiver tous les citoyens, quels que soient leur âge et leur « rôle » dans la Cité, et donc de sensibiliser à la chose publique, ce qui est primordiale à l’approche d’une campagne de proximité.

En soi, l’approche pédagogique du sujet est fort intéressante. Et évoquer ces questions semble pertinent, à l’heure où la ville de Limoges est, comme toutes les métropoles régionales françaises, confrontée à la mise en concurrence des territoires par les phénomènes de métropolisation et de mondialisation, avec ce que cela suppose en terme d’enjeux de transports, de dynamisme économique et touristique, de développement durable… Mais la tenue d’un tel événement à quelques mois du scrutin, et surtout pendant la phase d’enquête publique du projet de LGV Poitiers-Limoges, dont la réussite serait pour les promoteurs de la grande vitesse le point de non-retour vers la réalisation de ladite ligne, peut interpeller. La LGV est d’ailleurs largement – et logiquement – évoquée dans un encart du magazine municipal accolé à la présentation de l’exposition ! Sans parler d’entretien de confusion, les détracteurs du projet apprécieront ! Si avant même l’ouverture de l’exposition, il serait faire preuve d’un peu trop d’aventure que d’assimiler l’initiative à un message politique de la majorité sortante, il va sans dire que le fond comme la présentation des projets et des enjeux présentés feront parler ! De là à parler d’expo polémique… Attendons donc de découvrir le contenu de « Limoges 2025 ».

Jetons un œil aux tribunes des groupes politiques du Conseil municipal, et l’on y décèle quelques informations intéressantes, plus ou moins entre les lignes.

A gauche, les élus du groupe communiste, tiraillés entre l’autonomisation nationale (l’attitude hostile de Mélenchon vis-à-vis du gouvernement) et locale (les groupes indépendants Limousin Terre de gauche à la région et au CG de Haute-Vienne) du Front de gauche vis-à-vis des socialistes, et leur loyauté à Alain Rodet depuis l’élection de 2008 et même avant, ont ménagé leur deux « camps »… en dissociant contexte national et contexte local ! Une façon pour eux de garder la possibilité de repartir avec le PS à la prochaine municipale, et par conséquent de conserver des postes à responsabilité et une visibilité, tout en critiquant ouvertement les déboires et les fausses routes de l’équipe Hollande-Ayrault, dont il devient compliqué de cautionner les atermoiements. Les conseillers municipaux en appellent donc à une réorientation de la politique gouvernementale, seule condition pour redonner confiance et espoir à la population administrée localement… qui dès lors pourrait voter sans état d’âme pour une équipe de gauche rassemblée !

Une page plus loin, c’est par un encart que les élus UMP semblent une fois encore déplorer la scission du groupe d’opposition depuis le rapprochement des centristes Philippe Pauliat-Defaye et Marie-Pierre Berry et de la MoDem Nadine Rivet… alors que la forme des propos des deux groupes semble si proche ! Même critique de l’action et de la méthode de la majorité, et surtout même métaphore romaine, les uns et les autres voyant dans les projets de l’équipe Rodet des prémonitions de la chute d’un empire qui n’aurait su donner que des jeux sans prendre la peine d’apporter le pain de l’essor économique et médiatique. Si le centre a déjà fait part de quelques pistes d’action pour 2014, pour l’UMP, on repassera…

objectiflimoges-300x168 dans DécouverteObjectif Limoges, pour remettre le débat au centre ?

On n’en parle pas (encore) dans Vivre à Limoges, mais un nouveau collectif politique de dialogue vient d’être lancé à Limoges. Dans la foulée de la constitution du nouveau groupe centriste au Conseil municipal, un espace d’échanges et de débat, « Objectif Limoges », a été mis en place à l’instigation de Vincent Léonie, candidat radical aux cantonales en 2011 à Puy-las-Rodas et figure haut-viennoise de l’UDI, le parti de Jean-Louis Borloo. Officiellement, il s’agira d’un « espace démocratique d’écoute et d’échange, qui veut être le creuset de réflexions pour la création d’un projet, afin de réconcilier Limoges et son avenir. » Une belle ambition, mais on attend d’en voir davantage ! 

Photos :  (c) L. D., (c) compte twitter d’Objectif Limoges




> Municipales : brèves de campagne #2

20042013

> Municipales : brèves de campagne #2 dans Actualité locale b-limoges2014-300x25

 

dsc_8695-300x200 dans Internet

La création de débats citoyens, les témoignages de Cyril Cognéras, les ambitions de Guillaume Guérin… c’est l’actualité de la campagne municipale à Limoges !

- Nous nous sommes retrouvés à cinq, place de la République. Modeste réunion, mais la motivation et l’envie de créer quelque chose étaient présentes. Déjà sensibilisés à la question politique, actuels ou anciens militants politiques, nous nous sentons d’ores et déjà concernés par les enjeux tus ou affirmés des prochaines élections municipales. Nous ne créerons pas de liste, certains étant déjà engagés. Mais notre objectif est  de créer les conditions d’un débat citoyen, au-delà des échéances prochaines mais profitant du contexte électoral, l’élection municipale étant l’élection concrète et locale par définition, par essence. Le but ultime, c’est que chacun se réapproprie son statut de citoyen et le fasse vivre en s’intéressant à la vie publique locale, en interpellant ses élus, et éventuellement en s’engageant par la suite, dans la politique, mais aussi et pourquoi pas avant tout dans le milieu associatif, ou par le dialogue, tout simplement. Bientôt, nous serons plus nombreux, car vous serez conviés à nos débats citoyens.

- Figure emblématique du conseil municipal de Limoges, tête de liste des Verts en 2008, unique élu de la liste, qui avait créé un groupe écolo-capitaliste avec les deux élus NPA en 2009, puis revenu à Europe-Ecologie Les Verts, Cyril Cognéras a décidé avec simplicité, parler vrai et sincérité de rendre compte de son expérience, de son vécu d’élu municipal sur son blog.

- Profitant de la venue de Laurent Wauquiez à Limoges, qu’il a lui-même invité avec son organisation Haute-Vienne Alternance, le jeune Guillaume Guérin a d’ores et déjà lancé sa carrière politique active. Certain d’être élu au conseil municipal sur la liste UMP dont on ne connaît pas encore avec certitude le meneur, le meilleur espoir de l’UMP depuis le retrait d’Alain Marsaud a réussi à réunir autour de sa personne et de son ambition une fédération départementale haut-viennoise totalement éclatée. Et nourrit de bons espoirs pour 2014 (Aixe-sur-Vienne, Bellac, Magnac-Laval sont les objectifs), et même 2015, puisqu’il devrait conduire la liste régionale !







Mascara |
ARBIA |
hors-micro |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | joaniz
| FO Assurances 77
| Info33