> L’élection municipale de Perpignan annulée !

7102008

belections.bmp

Après maints rebonds, l’ »affaire des chaussettes » prend fin… par une annulation pure et simple du scrutin.

« Les électeurs pourront revoter dignement en conformité avec les lois de la France ». (J. A.-Donat, PS)

Petit rappel : lors du dépouillement du second tour, en mars dernier, le président d’un bureau de vote de la préfecture des Pyrénées-Orientales, frère d’un colistier de Jean-Paul Alduy, maire UMP sortant, avait été trouvé en possession de bulletins de vote et d’enveloppes dissimulés dans ses poches et ses chaussettes. Les médias, qui s’étaient rapidement emparé de l’affaire, avaient aussitôt qualifié l’évènement de « fraude à la chaussette« .

Cette annulation, prononcée aujourd’hui par le tribunal administratif de Montpellier, est non seulement une victoire pour la démocratie et les défenseurs de la transparence et de la loi, mais aussi pour les opposants à Jean-Paul Alduy, la liste d’union des socialistes et du MoDem menée par Jacqueline Amiel-Donat (PS), en tête, battue de 574 voix par le sénateur-maire sortant. Une nouvelle élection qui pourrait aussi profiter au FN (Louis Aliot), fort de ses 12 % au premier tour.

Le symbole d’une monarchie familiale en place depuis un demi-siècle !

Rappelons que Perpignan est actuellement la ville de France qui est gérée depuis le plus longtemps par une seule et même famille, Paul Alduy, le père, ayant été élu en 1959 à la mairie, avant de passer le flambeau sans aucun vote (!) à son fils en 1993.

Rappelons aussi que Nice reste la ville du record de gérance d’un même « clan ». Les Médecin (Jean et Jacques) ont régné 71 ans sur la ville.

Le maire actuel, qui avait condamné la tricherie et qui fera appel de la décision, crie au scandale, (« On me vole ma victoire !« )

(c) Image JDD




> Panazol : la liste des 29

1042008

panazolnouveauconseil.pngLes attributions des nouveaux adjoints et conseillers pour la commune de Panazol sont maintenant connues :

Maire : Jean-Paul Duret, 1ère adjointe : Martine Gontier, 2ème adjoint, chargé des Finances : Henri Parsy, 3ème adjointe, chargée de la Cohésion sociale : Isabelle Bellezane, 4ème adjoint, chargé des Voirie-Réseaux-Divers et des Transports : Francis Boluda, 5ème adjointe, chargée de l’Education et de la Jeunesse : Laure Sarrazy, 6ème adjoint, chargé de la Vie associative, du Sport et de la Communication : Robert Desbordes, 7ème adjointe, chargée de la Culture et de l’Environnement : Martine Damaye, 8ème adjoint, chargé des Nouvelles technologies et du Patrimoine bâti : Daniel Fourgnaud.

Conseiller délégué à l’Espace public : Yves Labrunie, Conseillère déléguée à la Vie quotidienne : Corinne Tible-Dumain.

Conseillers municipaux : Marc JAUBERT, Annick FAUREAU, Emilio ZABALETA, Bernadette SALVAN, Jean-François BONNAUD, Philippe LEVEAU, Carole CATALAN-PAVIA, Sandrine FRANÇOIS, Alexandre LAJOUMARD, Marie-Pierre ROBERT, Stéphanie PANTEIX, Christian DESMOULIN Martine, TABOURET Martine, NOUHAUT, Bruno COMTE, Jean DARDENNE, Martine LERICHE, Dominique PORZUCEK

   



> La deuxième fin de Jacques Chirac

22032008

Jacques et Bernadette Chirac votant à Sarran, le 6 mai 2007 pour le 2nd tour de la présidentielleQuel bilan tirer de ces élections municipales dans notre région ?

Outre les réélections triomphales attendues à Limoges, Tulle, Guéret, les défaites de la droite dans ses derniers fiefs comme Bellac, et l’échec des listes PS dans des petites villes face à des listes divers gauche (Isle, Panazol, St-Léonard), évènements plus ou moins prévisibles mais tout aussi importants, on retiendra un élément principal. Et pour en parler, il faut regarder de l’autre côté du Mont Gargan : la Chiraquie n’est plus. Ou du moins, est à l’agonie. Avec la perte pour l’UMP de deux des trois principales villes du département, à savoir Brive et Ussel, et bien évidemment le basculement du conseil général, dans lequel on retrouve une certaine Bernadette Chirac, dans les mains d’une personnalité aussi symbolique que François Hollande, la droite historique locale comme nationale prend un coup. Il ne reste apparemment plus comme objectif pour la gauche que celui, dans 5 ans, de gagner la 3ème circonscription, conservée d’extrême justesse l’an dernier par le désormais ex-président du « CG 19″ Jean-Pierre Dupont.

La Corrèze bleue n’aura pas survécu au départ des affaires de son chef, un jeune ministre pompidolien débarqué en 1967 pour prendre la circonscription d’Ussel aux communistes, devenu plus tard 1er ministre, maire de Paris et président de la République. La Corrèze chiraquienne n’est pas une Corrèze sarkozyste. Ici, comme souvent ailleurs il faut le dire, l’un peut empêcher l’autre… Et est-il utile de rappeler qu’à l’origine le département de Jean Combasteil est plutôt de gauche ?

Cette année, ce n’est donc pas tant un « cataclysme surprise » qui se déroule, mais plutôt la fin d’une longue parenthèse…

 




> La droite se cogne à la gauche

17032008

 

municipales2ndtour.pngLa gauche sort donc vainqueur de ce 2nd tour. Avec des victoires symboliques, comme à Strasbourg, Pau, Toulouse, Amiens, Caen, Angoulême, Périgueux, Metz, Lille et bien sûr Brive ou Bellac. Dominique Voynet est élue à Montreuil, Jean-Paul Duret rafle Panazol, le MoDem gagne Mont-de-Marsan, le PS reconquiert Quimper mais les communistes perdent Calais. Alain Marsaud est cependant réélu dans le canton de Limoges-Centre, Jean-Claude Gaudin conserve Marseille, Jean Tibéri le Vème arrondissement de Paris, et comme attendu, Christian Estrosi remporte Nice.

Analyses, commentaires, résultats tout au long de la semaine.

Merci à tous pour cette belle campagne !




> Que se cache-t-il derrière le MoDem ?

14032008

Cette carte montre l'ambiguité du choix de la position selon la ville.Non, non pas d’inquiétude ! Derrière cette interrogation oratoire mystérieuse, je ne cherche qu’à comprendre la stratégie actuelle du parti centriste, à savoir celle de ses alliances, son attitude générale pour le second tour des municipales.

Il y a premièrement et parallèlement ambigüité profonde au sein de l’UMP, car quand Alain Juppé apporte son soutien au président du MoDem pour le scrutin à Pau, ce dernier renvoie séchement Nicolas Sarkozy dans les cordes, le président ayant annoncé que « le moins on parle du MoDem, le mieux on se porte », comparant Mr Bayrou à un « sparadrap » indétachable.

Ensuite, en parlant précisément du MoDem, les alliances « à géométrie variable » sont déroutantes. Moi même, personnellement, je suis un peu gêné de « m »‘allier à une force politique qui s’uniera ailleurs avec des gens dont je ne cautionne pas les idées.

Si ce parti a bien des idées, _parfois intéressantes_, je souhaiterais que le Mouvement démocrate, se prononce devant la triple clarification demandée par le PS (soutien du projet de la gauche, acceptation des alliances du PS avec les autres partis de gauche, opposition à Nicolas Sarkozy).




> Qui pour Panazol ? (suite et presque fin)

11032008

Jean-Paul Duret pourrait, dans les circonstances actuelles, succéder facilement à Bernard Delage. Mais rien n’est encore joué !

Jean-Paul Duret pourrait, dans les circonstances actuelles, succéder facilement à Bernard Delage. Mais rien n'est encore joué !

 

Jean-Paul Duret, c’est un fait, est arrivé en tête. L’adjoint sortant exclu du PS aborde le second tour en position de force (43 %). Le Populaire, ce qui est assez dangereux, car risquant de démobiliser les électeurs, a même déjà proclamé Mr Duret nouveau maire de Panazol dans un article d’aujourd’hui (!)

Quoi qu’il en soit, Bruno Comte (34%) devait donner aujourd’hui sa réponse, quant à un maintien ou un désistement. Et bien il semblerait que la liste officielle du PS repartira dimanche, selon le blog même du candidat. Et comme Dominique Porzucek (22%), bien que déçu de ne pas avoir réussi à capter la totalité des voix de l’électorat de droite panazolais, qui se situe selon lui vers 35%, a décidé de se maintenir au second tour, on aura bien affaire à une triangulaire dans la troisième ville de Haute-Vienne. Cette campagne décidément animée, particulièrement entre ceux que ce même Dominique Porzucek qualifiait d’ »Iznogoud » et « Abbé Pierre » n’est pas encore terminée !

Et nous ne sommes donc pas au bout de nos surprises, quoi qu’en pense un certain journal local…







Mascara |
ARBIA |
hors-micro |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | joaniz
| FO Assurances 77
| Info33