> Nos 5 députés européens

8062009

dputscentremc.png

Même s’il est quelque peu impropre de présenter les 5 élus de la circonscription comme NOS députés, ce sont bien eux qui sont censés être les plus à mêmes de défendre les intérêts de la région à Bruxelles.

Voici donc les 5 eurodéputés qui succèdent à Jean-Paul Denanot, Catherine Guy-Quint, André Laignel, Janelly Fourtou, Marie-Hélène Descamps (Jean-Pierre Audy étant le seul réélu).

Henri Weber – PS (né en 1944)
- membre du Secrétariat national du PS, chargé de la formation et de l’université permanente des cadres fédéraux

Jean-Pierre Audy – UMP (né en 1952, succède à Brice Hortefeux en 2005)
- membre de la commission du contrôle budgétaire
- membre du conseil national de l’UMP
- conseiller général du canton de Meymac
- président de la commission du développement économique, de l’agriculture et du tourisme du CG 19
- président du syndicat du pays de Meymac
- conseiller municipal de Meymac

Sophie Auconie – NC (née en 1963)
- conseillère municipale de Tours

Catherine Soullie – UMP (née en 1955)
- adjointe au maire d’Olivet (45)

Jean-Paul Besset – Europe Ecologie (né en 1946)




> Européennes 2009 : résultats dans notre circonscription

7062009

belections.bmp

europennes2009.pngA l’instar de ce qui s’est passé à l’échelle nationale, et même à l’échelle européenne, l’abstention a battu un record et le PS s’est littéralement effondré.

Ainsi, notre région paraît ne pas échapper à cette dynamique qui a profité à la droite et aux écologistes.

En 2004, 6 députés avaient été élus dans la circonscription Centre-massif central (3 PS, 2 UMP, 1 UDF). Cette année, 5 sièges étaient à pourvoir dans l’entité formée par les trois régions Centre, Limousin et Auvergne. Le PS espérait en rafler au moins 2, tout comme l’UMP, et le MoDem et les Verts paraissaient se disputer le 5ème poste.

Surprise en Limousin !

Grosse surprise dans notre région, puisque la liste de Jean-Pierre Audy (UMP) arrive nettement en tête en Creuse et en Corrèze. En Haute-Vienne, un des 4 départements français à avoir placé le PS en tête, l’UMP reste très proche, à peine 250 voix derrière la gauche.

L’UMP arrive en tête dans 91 départements métropolitains, Libertas en Vendée, le PS dans seulement 4 (Pas-de-Calais, Ariège, Aude, Haute-Vienne). En 2004, l’UMP avat été en tête dans seulement 4 départements (Cantal, Lozère, Corse-du-Sud, Bas-Rhin).

Sur la liste socialiste de notre circonscription, seul Henri Weber est élu, l’UMP envoyant 3 députés dont Brice Hortefeux, qui ne siègera pas. Les Verts obtenant le 5e siège.

Les résultats sont très mauvais pour le PS en Limousin. Ainsi, l’UMP serait en tête à Panazol ou Saint-Yrieix, et talonnerait le PS à Limoges. La liste Audy devance la liste Weber de plus de 9 % en Corrèze, et de 5 % en Creuse. En Auvergne, l’UMP est très largement devant. Dans le Loiret, les Verts sont en 2e place derrière la droite.
La droite devant dans toute l’Europe

Notons qu’à l’échelle européenne, donc, les conservateurs enregistrent une nette victoire, notamment en Allemagne, au Royaume-Uni, en Autriche, en Espagne. L’extrême-droite enregistre également une légère hausse, contrairement à la France : en Hongrie, en Roumanie, au Royaume-Uni et en Autriche, elle obtient des scores très honorables.

Ces élections sont donc catastrophiques pour les socialistes, mais aussi pour le MoDem, qui n’a pas réussi à mobiliser son électorat.

La rénovation est plus qu’urgente !

Le PS doit absolument accélerer cette rénovation dont on parle depuis deux ans. Martine Aubry a donné un très bon discours à la télévision hier. Désormais, il faut convaincre et tour repenser.
François Bayrou doit passer la main. Il reste trop lié selon moi à la droite qu’il a servie des années, et je pense que d’autres personnalités peuvent reprendre le flambeau, comme Corinne Lepage, qui s’est montrée très lucide hier soir sur France 2.




> Pour une nouvelle Europe, tout simplement

26052009

bps.bmp

http://www.dailymotion.com/video/x9e6gz

Ca y est, les affiches commencent à fleurir sur les jolis panneaux électoraux gris que l’on n’avait plus vus depuis plus d’un an maintenant. La vraie campagne est donc bel et bien lancée.

La campagne investit aussi comme d’habitude les chaînes de télévision, et les clips officiels des partis sont désormais diffusés. Je vous laisse (re)découvrir le clip officiel du PS. Je ne donne pas de consigne de vote « officielle », mais vous aurez compris ce que je soutiens, j’imagine… enfin, une Europe solidaire, écologique, sociale, nouvelle, une Europe qui nous ressemble tout simplement.

Plusieurs meetings doivent être organisés. On suivra bien entendu celui de Martine Aubry et Ségolène Royal à Rezé (44) aujourd’hui mercredi, mais sachez qu’une réunion aura lieu à Guéret vendredi soir, et une autre à Limoges le 3 juin au CCM Jean Moulin. Notons aussi que la caravane du MJS fera une halte à Limoges samedi 30 mai.

Le site officiel de la campagne du PS : [ici]

 




> Alors comme ça, Jaurès est lepéniste ?

26032009

bdroite.png

aliot.pngQue Nicolas Sarkozy s’arroge le droit de s’accaparer Blum est déjà difficile à avaler. Mais que Louis Aliot, qui a été candidat aux municipales à Perpignan, et qui n’est autre que secrétaire général du FN et tête de liste aux européennes dans la circonscription Sud-Ouest, s’approprie Jean Jaurès sur des affiches placardées à Carmaux-même, est une provocation inadmissible.

Ces temps-ci, le FN cherche vraisemblablement à ne pas sombrer. Marine Le Pen disait sur France 3 LPC par métaphore que les membres du parti étaient en train d’écoper dans les cales du paquebot lepéniste. Visiblement, le trou est grand. Espérons (pour eux) qu’il y ait des embarcations de fortune pour qu’ils puissent mener à bien l’opération de sauvetage.




> Rejet de la liste PS en Limousin : et maintenant ?

13032009

euro2009limousin.pngLes militants socialistes de la région ont donc bien suivi les consignes de leurs élus. La liste qui doit être conduite en juin prochain par Henri Weber a été rejetée. Si cet évènement symbolise sans aucun doute la volonté légitime des élus locaux de pouvoir défendre les intérêts du Limousin au nom du PS à Bruxelles, ce désaveu pour la direction nationale du parti remet en question la clarté et l’unité précaire installées après le congrès de Reims.

denanot.pngPlus de mésentente apparente entre les partisans de la maire de Lille et de Ségolène Royal, mais les courants de pensée nés du lancement de la présidence Aubry ont montré leur fragilité (leur irréalisme ?). Les rivalités sont de retour, certaines sont apparues, d’autres se sont même curieusement effacées. On descend désormais le bilan de François Hollande : Vincent Peillon a évoqué le « mauvais esprit » de l’ancien premier secrétaire, élu limousin. Mais la vértiable question est désormais de savoir ce qui advenir de ce nouveau camouflet et de cette mésentente globale.

Jean-Paul Denanot appelle à un nouveau vote. On ne peut s’empêcher de penser au même appel lancé par les partisans de la présidente de Poitou-Charentes en novembre dernier, dans d’autres circonstances et d’autres proportions. On ne promet en aucun cas la tête de liste au président de la région Limousin, qui est dans l’attente d’ »une réunion des responsables des trois régions » de la circonscription (Auvergne et Centre ont approuvé quant à elles la liste), selon 20minutes.fr. Mais le Limousin ne lâchera rien. La direction du PS fait savoir qu’elle va prendre en compte le rejet de la liste. Mais elle laisse aussi clairement comprendre qu’elle ne vas pas tout donner au Limousin. François Lamy, conseiller politique de la première secrétaire, allait jusqu’à mettre en évidence que » 21 régions sur 22 ont voté les listes. Le Limousin est la plus petite région, après la Corse.« 




> PS : le bazar n’est pas rangé

2032009

bps.bmp

denanotroyal.pngLa direction du PS est digne du « comité central du PC d’URSS« . La phrase n’est ni de Jean-François Copé, ni de François Bayrou, ni même de Jean-Luc Mélenchon. Non, c’est Gérard Collomb qui l’a prononcée.

On avait pourtant tellement espoir. Les royalistes et les aubrystes semblaient avoir scellé un pacte de non-agression, et l’opinion semblait de nouveau avoir un minimum de confiance envers le parti qui devra battre la droite dans 3 ans. On ne veut pas y croire, et pourtant, le PS, trois petits mois après son fabuleux congrès de Reims, semble avoir renoué avec la cacophonie qui lui a été si chère depuis deux ans.

Jean-Paul Denanot absent de la liste PS dans la circonscription Centre-Massif central et remplacé par un parachuté du Nord-Ouest, Vincent Peillon malheureux d’être parachuté en Sud-Est, des voix de plus en plus nombreuses appelant les militants du parti à voter contre les listes officielles le 12 mars. Le tout agrémenté de la petite phrase de Martine Aubry vantant le physique de son porte-parole, qui a suffi à laisser paraître la formidable mésentente entre les camarades du premier parti d’opposition.

En se recentrant sur ce qui alimente depuis quelques jours les blogs limousins et les colonnes du Populaire, on peut voir ô combien le futur proche du poing à la rose est incertain. Rendez-vous dans moins de quatre mois. En attendant, comme on le dit dans le langage courant, ça risque d’être folklorique. Et si ce n’était que ça…

Photo : Jean-Paul Denanot et Ségolène Royal à l’université d’été de la Rochelle, en août dernier







Mascara |
ARBIA |
hors-micro |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | joaniz
| FO Assurances 77
| Info33