La fausse bonne idée d’un nouveau dossier Porcelaine de Limoges à l’UNESCO

6102014

blim.bmp

lombertieIl y a quelques jours, on apprenait que la mairie de Limoges, par la voix d’Emile-Roger Lombertie, ambitionnait de proposer à nouveau la porcelaine de Limoges à une candidature française à la labellisation « Patrimoine culturel immatériel de l’humanité ». Et ce conformément aux promesses de campagne du candidat élu. Derrière cette preuve de détermination et cette audace, se cache néanmoins un combat perdu d’avance et à mon sens décalé des vrais enjeux, qu’il s’agisse du défi de la protection du patrimoine immatériel d’une part, ou d’autre part de celui du soutien à un secteur économique concurrencé.

N’est pas immatériel qui veut !

Car le label du patrimoine culturel immatériel, comme son nom l’indique deux fois, doit préserver et valoriser les savoir-faire (« immatériel ») davantage que les productions à grande échelle, fussent-elle d’excellence, et donc ménager la dimension sociale et sociétale (« culturel ») des pratiques. Bien davantage que la production qui peut émaner de ces traditions, parfois en dissociation totale de la pratique traditionnelle vécue. Ainsi, le label octroyé aux Ostensions vient remarquer les pratiques sociales liées aux commémorations, aux processions, au rapport à la croyance et à la place de ces événements dans la vie quotidienne et l’identité locale et collective. A Marrakech, on a labellisé « l’espace culturel de la place Jemaa el-Fna » (les sociabilités, les pratiques collectives, et donc l’ambiance qui en découle) et non les murs, façades et sols de l’espace, qui eux pourraient faire l’objet d’une labellisation plus classique comme en sont bénéficiaires le Vieux-Lyon, le Mont Saint-Michel ou les chemins de Saint-Jacques. Autre cas : la labellisation de l’art du tracé dans la charpenterie française ne vient pas soutenir financièrement les entreprises de charpenterie française par rapport aux autres. C’est dans cette nuance que résident, hélas, les instrumentalisations du label.

Le péril de la Porcelaine est bien plus économique que culturel

LOGO  unesco patrimoine immateriel coulDans son interview récente à France 3 Limousin, le maire entretient à ce titre la confusion : « Il est important que nous recommencions le travail pour la reconnaissance de la porcelaine au patrimoine mondial de l’UNESCO, et deuxième chose, que nous défendions la Ville et la porcelaine de Limoges comme des marques déposées partout sur la planète ». On peut saluer le volontarisme et l’ambition du maire, mais on fera remarquer que les délais d’instruction des dossiers, et la concurrence croissante des dossiers venus d’Afrique, d’Asie ou d’Océanie – c’est bien normal compte-tenu de leur sous-représentation – amenuisent fortement les chances des dossiers français. Surtout, on s’interroge sur la dimension incantatoire et la portée légèrement mercantile de cette déclaration. On remarquera que M. Lombertie, en vérité, mélange deux défis : celui du soutien à des produits, donc une filière économique d’exception et porteuse de renommée d’une part, qu’il a dû saisir dans son voyage récent en Chine, et celui d’une protection des savoir-faire et donc d’un patrimoine immatériel. Si ces missions sont complémentaires et indissociables, ce n’est pas par les mêmes remèdes que l’on en garantira la réussite. Et cette confusion entre savoir-faire et production est une erreur couramment commise dans l’animation et la défense des labels UNESCO. C’est par exemple le cas du repas gastronomique des Français, labellisé en 2010 et auquel l’UNESCO menace de retirer le titre si l’Etat continue de préférer la valorisation commerciale à la dimension culturelle – but initial.

UNESCO : un label plutôt pour l’émail ?

Monsieur Lombertie, dans sa déclaration télévisuelle, s’en moque – et c’est dommageable, mais souvenons-nous qu’en 2011, les autorités limougeaudes alors en place, autour d’un dossier largement piloté par Bernardaud, avaient subi une déconvenue quand l’Etat, sur suggestion de l’UNESCO, avait abandonné la candidature de la porcelaine au prestigieux label. Était reproché au document un souci trop fort accordé au devenir commercial par rapport aux enjeux artisanaux et culturels. Pressés il faut le dire par une concurrence déloyale – sur fond de délocalisations hasardeuses et de soupçons de dumping –, les acteurs locaux, on peut le comprendre, avaient mis toutes leurs forces et leurs espoirs dans la bataille pour la reconnaissance internationale des défis de l’industrie porcelainière par le biais d’un label culturel, peu adapté à ces enjeux il faut le dire avant tout économiques. Car si la porcelaine de Limoges est un patrimoine, elle est aujourd’hui bien moins ancrée dans la tradition vécue et sociale que ne peut l’être l’émail de Limoges, qui lui vit encore grâce aux petits artisans qui s’évertuent à transmettre leurs savoirs (cf. la maison de l’Email, et la renaissance bienvenue de la Biennale), et qui bien plus que la porcelaine mériterait un label venant valoriser les savoirs et la transmission d’un héritage. Or, la condition sine qua non d’une labellisation, c’est bien « l’importance subjective qu’a telle ou telle pratique pour la communauté qui la maintient en vie » selon Cécile Duvelle, responsable du label. L’importance est là, mais quelle communauté la maintient en vie ? Celle des industriels ne suffit pas.

Une IGP pour la porcelaine : un vrai combat !

Il n’est bien entendu pas question de nier la dimension patrimoniale et culturelle de la porcelaine – l’existence du conservatoire des arts et techniques Lachaniette ou la mise en place des Routes de la porcelaine peut le rappeler. Mais cette vocation patrimoniale est aujourd’hui surtout le fait des murs (les fours ou les usines) et des représentations (retourner son assiette chez un hôte). En somme, le défi pour ce fleuron de notre industrie et ce symbole de notre rayonnement international et pluriséculaire réside davantage, à mon sens, dans la défense de son rang, de sa qualité intrinsèque et de ses conditions de production sur un marché mondial qui n’a rien à voir avec le contexte de son âge d’or. Comme semble l’avoir compris M. Lombertie ! Mais il va sans dire que la Ville aurait dans ce cas tout intérêt à soutenir les perspectives de soutien politique aux acteurs locaux et à la production régionale, notamment par le biais du projet d’extension des IGP aux produits manufacturés. Une appellation géographiquement ancrée qui elle aurait de véritables conséquences en termes juridiques, quand un label UNESCO privilégie la notoriété ou le risque de disparition comme moteurs de sauvegarde.

Une porcelaine protégée par une IGP, un émail valorisé par un label Unesco. Engageons-nous derrière ces deux chantiers en en comprenant bien la divergence d’objectifs, c’est la meilleure façon d’honorer ces deux réussites locales !




> Ces trésors que Limoges ignore encore un peu trop…

27062013

> Ces trésors que Limoges ignore encore un peu trop... dans Actualité locale expressVous avez peut-être pu vous procurer le numéro de L’Express consacré aux « trésors cachés de Limoges », il y a deux semaines. Vous y avez peut-être découvert des lieux et édifices inconnus jusqu’alors. Et vous en avez peut-être déduit, à la lumière et à l’instar de ces révélations, que Limoges devait fourmiller de ces trésors méconnus mais pourtant prometteurs. Deux défis sont sous-entendus par ce supplément documentaire. Le premier, l’équilibre entre considération et valorisation du patrimoine et aménagement et développement urbain. Le second, c’est de bien comprendre qu’au-delà de ces richesses du patrimoine bâti et matériel, Limoges semble regorger de potentiels tout autant cachés mais réels, qu’elle se doit de valoriser, pour elle, ses habitants et sa relation avec l’extérieur.

Il y a quinze jours, donc, le magazine L’Express faisait paraître, dans son supplément local limougeaud, un encart spécialement consacré à la capitale régionale et ses « trésors cachés ». Une initiative intéressante, permettant de faire la lumière sur certains angles méconnus du patrimoine local, et donc, pourquoi pas, d’inciter à un regard plus insistant et plus original sur des éléments qui font l’originalité de la ville. Cette originalité s’incarne d’une part par la très grande diversité, voire disparité des richesses patrimoniales, tant en époques qu’en aspect. Beaucoup de voyageurs et observateurs le remarquent, et ce n’est pas forcément un mal que de voir se côtoyer architecture contemporaine et bâti séculaire quand la cohabitation est harmonieusement négociée. D’autre part, Limoges se distinguerait – et ce n’est pas toujours heureux – par le caractère méconnu et insoupçonné de ce patrimoine. Car si des efforts ont été récemment fournis dans la mise en valeur de certains éléments jusqu’alors minimisés ou mal connus, beaucoup reste à faire (on pense au patrimoine archéologique antique ou au patrimoine industriel).

Le patrimoine, un outil au service de la cohésion sociale

De ces idées jaillit le défi majeur de la gestion du patrimoine : savoir le définir, l’apprécier à sa juste valeur et déterminer les objectifs et intérêts finaux de son appropriation, trouver le bon équilibre entre valorisation et aménagements, avec ce que cela peut supposer en terme de développement touristique et économique, mais aussi en ce qui concerne de réelles promesses sur le bien-être social, la cohésion des populations au-delà de leurs différences. Parvenir à déceler l’intérêt d’une valorisation sur un site sans tomber dans les travers de la muséification, savoir négocier l’inclusion d’éléments patrimoniaux dans un quartier pour en faire un symbole sinon un repère spatial vecteur d’harmonie paysagère et évocateur d’appropriation populaire, ce sont des enjeux majeurs pour faire des quartiers et des villes des espaces où il fait bon vivre et exercer une activité, de façon collective.

fourmontjovis-300x192 dans Aménagement du territoireLe magazine a cru bon parler de certains monuments visitables mais connus (le souterrain de la Règle, la rue de la Boucherie) ou bien moins (le cimetière de Louyat, les thermes de la villa gallo-romaine de Brachaud), et parfois – ce qui est encore plus intéressant – bien moins accessibles, dont le sort est de ce fait délaissé voire ignoré. C’est le cas du campanile de la gare, fermé pour raisons de sécurité depuis 2007, de la crypte Saint-Martial, ouverte et fouillée mais peu avenante, ou des fours à porcelaine subsistants, qui exception faite de celui des Casseaux, dépérissent petit à petit alors qu’ils sont le symbole physique du passé industriel de Limoges. Cette visibilité momentanée doit pouvoir sensibiliser ne serait-ce qu’un peu le lecteur au devenir de pans entiers de notre histoire, de nos références partagées. Autant de supports de cohésion sociale et de dynamisme économique et culturel. Et de fierté, aussi, cela compte…

Un discours politique volontaire et positif et une mobilisation collective au service de l’émergence de fiertés et de secteurs porteurs et salutaires

Mais beaucoup de potentiels restent ignorés ou sous-exploités. Le patrimoine linguistique et artistique autour de la culture occitane écrite et orale en est un que je trouve parlant ! Mais on peut aussi penser aux sujets qui sont davantage des « patrimoines en devenir », des marques de fabrique à créer et à dynamiser, des niches d’excellence en puissance (excellence environnementale, transports en commun, lecture publique, etc.). Des opportunités ont su être saisies dans les domaines de l’eau, du luxe, du droit de l’environnement ou de la francophonie. Gardons-le en tête et soutenons les efforts dans le temps et dans les discours ! Evidemment, il convient d’agir en mobilisant les bons outils et les bons arguments, en écartant récupérations politiques, réécritures historiques et artificialisation des traditions. Limoges (et je parle ici de la ville et de ses populations, bien au-delà des seuls édiles), n’a pas encore bien pris la mesure de toutes ses richesses, et même si en plusieurs points elle est sur la bonne voie, les discours ambiants et les inerties parfois observés sont la preuve que les efforts ne sont jamais assez poursuivis et, surtout, jamais assez partagés ! Et ce partage par tous, il passe à la fois par la mise en place d’outils de démocratie de proximité et par la prise de conscience des riverains.

Photo aérienne : (c) Google : le four de l’avenue Montjovis.




> La croisée des chemins !

24062013

> La croisée des chemins ! dans Actualité locale dsc_8623-300x200Je n’ai pas coutume de m’adresser directement aux éventuels passagers du blog, mais une fois n’est pas coutume ! Je reprends la parole après une longue période de silence. Il faut dire que ces dernières semaines ont été chargées, en temps et en esprit, entre quelques vacances, plusieurs procédures de candidature pour la suite des mes études, des engagements au Conseil régional des jeunes et le choix de relancer quelques petits travaux sur Wikipédia. La faute à un petit manque de motivation, aussi, sans doute.

La perspective des élections municipales de 2014 me préoccupe beaucoup. Aussi, vous devez prendre connaissance des débats, c’est votre rôle de citoyen. Pour tâcher de vous y aider, consultez la presse locale, les blogs et autres moyens modernes d’information, mais gardez votre sens critique et surtout, posez-vous des questions. Allez au devant de l’information conventionnelle. N’oubliez pas que vous êtes chaque minute un citoyen et que tous les sujets sont politiques (au sens large et noble), notamment les plus quotidiens, les plus évidents, qui concernent chacun de nous à chaque instant, de votre trajet en voiture à vos horaires de cornemuse et des visites touristiques que vous conseillerez à vos amis parisiens à vos courses en centre-ville. Non pas parce que l’acteur politique élu en est le garant exclusif. Mais bien parce que le rapport que vous entretenez avec celui-ci via vos activités fait de vous un acteur politique au sens premier. Engagez-vous dans les débats… et s’ils n’existent pas encore, demandez leur création.

Avec la page Facebook, le profil Twitter et le blog Municipales 2014, j’espère que vous trouverez matière à vos réflexions. Je tâcherai d’y publier des articles sur l’actualité et les enjeux de l’élection. Des liens vers ces publications seront disponibles sur le blog.

De mon côté, licence de géographie validée et déjà les préparatifs en cours pour un parachutage à Genève en Master 1 Géographie ! Dieu merci, là-bas aussi, il y a des trolleys (cf. ma photo ci-dessus). Mais Limoges-Genève, c’est un certain nombre de kilomètres et d’heures de trajet. Et si j’aurai à cœur de rester du mieux que je pourrai connecté à la vie limougeaude, il me sera difficile de me confronter au terrain comme je le faisais jusqu’alors. Mais alors, si un tel déracinement se confirme, et même s’il n’est évidemment pas définitif et encore moins total, que faire de ce blog dont la raison de vivre est bien mon engagement formel ou non dans l’actualité locale ? Je n’ai pas encore de réponse. Je vais donc m’efforcer de continuer à publier ici au moins jusqu’à septembre. Le moment venu, je déciderai du sort que je réserve à cette aventure de blogueur démarrée il y a presque six ans maintenant. Avec la certitude que quoi qu’il arrive, quel qu’en soit le moyen, je demeurerai présent, ici ou là, sur la blogosphère ! Je vous en avertirai.




> Municipales : brèves de campagne #3

23052013

> Municipales : brèves de campagne #3 dans Actualité locale b-limoges2014-300x25

A dix mois des élections municipales, le sujet fait encore un peu plus parler de lui dans le microcosme limougeaud. Et les sujets abordés dans le corps de la dernière lettre d’info municipales comme dans les tribunes politiques sont révélateurs de ce changement progressif d’atmosphère, qui annonce un été riche en constitution de listes et de programmes.

dsc_9510-300x200 dans Aménagement du territoireLimoges 2025, expo citoyenne et/ou message politique ?

« Limoges 2025, imaginons notre avenir ». Non, ce n’est pas le slogan d’une liste pour la prochaine échéance électorale, mais c’est bien le titre de l’exposition organisée par la municipalité à la BFM, ouverte le 28 mai prochain ! A travers une déambulation en 6 étapes, on sera mis en face des méthodes de l’action publique, des tendances, des atouts, des acquis, des perspectives de notre ville. Le tout surmonté de quelques animations un peu plus spectaculaires et interactives (film de la ville par un drone, animation théâtrale de l’Académie régionale de l’Union, etc.) Autant de sujets à même de captiver tous les citoyens, quels que soient leur âge et leur « rôle » dans la Cité, et donc de sensibiliser à la chose publique, ce qui est primordiale à l’approche d’une campagne de proximité.

En soi, l’approche pédagogique du sujet est fort intéressante. Et évoquer ces questions semble pertinent, à l’heure où la ville de Limoges est, comme toutes les métropoles régionales françaises, confrontée à la mise en concurrence des territoires par les phénomènes de métropolisation et de mondialisation, avec ce que cela suppose en terme d’enjeux de transports, de dynamisme économique et touristique, de développement durable… Mais la tenue d’un tel événement à quelques mois du scrutin, et surtout pendant la phase d’enquête publique du projet de LGV Poitiers-Limoges, dont la réussite serait pour les promoteurs de la grande vitesse le point de non-retour vers la réalisation de ladite ligne, peut interpeller. La LGV est d’ailleurs largement – et logiquement – évoquée dans un encart du magazine municipal accolé à la présentation de l’exposition ! Sans parler d’entretien de confusion, les détracteurs du projet apprécieront ! Si avant même l’ouverture de l’exposition, il serait faire preuve d’un peu trop d’aventure que d’assimiler l’initiative à un message politique de la majorité sortante, il va sans dire que le fond comme la présentation des projets et des enjeux présentés feront parler ! De là à parler d’expo polémique… Attendons donc de découvrir le contenu de « Limoges 2025 ».

Jetons un œil aux tribunes des groupes politiques du Conseil municipal, et l’on y décèle quelques informations intéressantes, plus ou moins entre les lignes.

A gauche, les élus du groupe communiste, tiraillés entre l’autonomisation nationale (l’attitude hostile de Mélenchon vis-à-vis du gouvernement) et locale (les groupes indépendants Limousin Terre de gauche à la région et au CG de Haute-Vienne) du Front de gauche vis-à-vis des socialistes, et leur loyauté à Alain Rodet depuis l’élection de 2008 et même avant, ont ménagé leur deux « camps »… en dissociant contexte national et contexte local ! Une façon pour eux de garder la possibilité de repartir avec le PS à la prochaine municipale, et par conséquent de conserver des postes à responsabilité et une visibilité, tout en critiquant ouvertement les déboires et les fausses routes de l’équipe Hollande-Ayrault, dont il devient compliqué de cautionner les atermoiements. Les conseillers municipaux en appellent donc à une réorientation de la politique gouvernementale, seule condition pour redonner confiance et espoir à la population administrée localement… qui dès lors pourrait voter sans état d’âme pour une équipe de gauche rassemblée !

Une page plus loin, c’est par un encart que les élus UMP semblent une fois encore déplorer la scission du groupe d’opposition depuis le rapprochement des centristes Philippe Pauliat-Defaye et Marie-Pierre Berry et de la MoDem Nadine Rivet… alors que la forme des propos des deux groupes semble si proche ! Même critique de l’action et de la méthode de la majorité, et surtout même métaphore romaine, les uns et les autres voyant dans les projets de l’équipe Rodet des prémonitions de la chute d’un empire qui n’aurait su donner que des jeux sans prendre la peine d’apporter le pain de l’essor économique et médiatique. Si le centre a déjà fait part de quelques pistes d’action pour 2014, pour l’UMP, on repassera…

objectiflimoges-300x168 dans DécouverteObjectif Limoges, pour remettre le débat au centre ?

On n’en parle pas (encore) dans Vivre à Limoges, mais un nouveau collectif politique de dialogue vient d’être lancé à Limoges. Dans la foulée de la constitution du nouveau groupe centriste au Conseil municipal, un espace d’échanges et de débat, « Objectif Limoges », a été mis en place à l’instigation de Vincent Léonie, candidat radical aux cantonales en 2011 à Puy-las-Rodas et figure haut-viennoise de l’UDI, le parti de Jean-Louis Borloo. Officiellement, il s’agira d’un « espace démocratique d’écoute et d’échange, qui veut être le creuset de réflexions pour la création d’un projet, afin de réconcilier Limoges et son avenir. » Une belle ambition, mais on attend d’en voir davantage ! 

Photos :  (c) L. D., (c) compte twitter d’Objectif Limoges




> Comme un parfum de municipales… (Brèves de campagne #1)

7042013

> Comme un parfum de municipales... (Brèves de campagne #1) dans Actualité locale b-limoges2014-300x25

Articles de la presse régionale, premiers sondages nationaux, création d’un nouveau groupe au Conseil municipal, un blog et un groupe Facebook dédiés… A onze mois du premier tour des élections municipales, la campagne limougeaude semble plus que jamais imminente. Et le contexte politique national marqué par les rumeurs de remaniement et le spectre insistant d’une défaite de la gauche aux prochaines échéances n’y est sans doute pas pour rien. Si les premières listes et propositions. Retour sur ces quelques actualités qui ont tout juste fait bruisser le microcosme politique local ces dernières semaines :

limoges2014-bandeau-300x93 dans Aménagement du territoire- On l’avait signalé, les élus Nouveau Centre du groupe d’opposition au Conseil municipal de Limoges ont quitté leurs collègues de l’UMP pour créer un nouveau groupe centriste avec leur homologue du MoDem Nadine Rivet. Sans doute échauffés par les sorties verbales du conseiller Viroulaud, mais aussi motivés par la perspective de constituer une liste autonome, conforme aux voeux de l’UDI nationale, ces trois élus (Mme Rivet et Philippe Pauliat-Defaye et Marie-Pierre Berry) ont également concrétisé leur stratégie par la mise en place d’un compte Twitter et la publication sur leur site d’une déclaration de principes... en forme de pré-programme municipal ! Des grands axes qui interpellent également par le fait qu’ils diffèrent sensiblement des projets habituels de la droite limougeaude… Parmi ceux-ci : un « plan d’urbanisme cohérent, mêlant modernité et mise en valeur du patrimoine« , un souci accordé à « l’Université pour faire de Limoges un pôle d’excellence universitaire au rayonnement européen » ou le « renforcement de l’activité touristique de la ville autour du label « Ville d’Art et d’Histoire » mais également autour des traditions industrielles« .

- La presse régionale multiplie les articles spécialement consacrés. Après un premier jet qui révélait il y a quelques mois les choix des maires sortants de Haute-Vienne pour le prochain scrutin, Le Populaire a fait savoir l’apparent renoncement de Monique Boulestin, ex-première adjointe de Limoges, mais aussi confirmé la présence d’une liste FN, l’existence de discussions à l’UMP sur le nom de la tête de liste, les interrogations quant à la stratégie du PCF, tiraillé entre sa loyauté au bilan commun avec le PS et la tentation d’une liste Front de gauche avec les anticapitalistes…

- Lancé il y a tout juste un mois par un militant PRG, un groupe Facebook ouvert à tous et appelant au débat citoyen informel sur la campagne et ses enjeux a été ouvert. Pour l’instant riche d’une quarantaine de membres seulement, parmi lesquels Catherine Beaubatie, Monique Boulestin, Camille Geutier ou Marie-Françoise Pérol-Dumont, mais aussi quelques journalistes locaux, il ne demande qu’à accueillir de nouveaux citoyens avides d’échanges fructueux ! La campagne sera citoyenne ou ne sera pas.

- Figure reconnue du paysage artistique et littéraire limougeaud, Laurent Bourdelas a lancé il y a quelques jours un blog indirectement consacré à la prochaine élection. A travers ce nouvel espace, c’est une « vision plutôt historico-poético-littéraire » qui sera proposée, invitant davantage à la réflexion, à la prise de recul, qu’à l’engagement politique propre. Les premiers épisodes incitent à repenser Limoges par la géographie, la littérature, la déambulation et le paysage. Une ambition habilement complémentaire des débats politiciens et programmatiques !

- Enfin, les travaux préparatoires du secteur des Casseaux, plusieurs mois après l’ouverture polémique du nouveau McDonalds dans l’enceinte de l’ancienne usine Royal Limoges, devraient être lancés à la fin de l’année. Le grand chambardement fonctionnel et esthétique espéré est enfin en vue aux Casseaux. Un bénéfice pour les flux urbains, mais aussi pour l’image de la ville : 50.000 véhicules transitent quotidiennement par cet axe essentiel. C’est aussi un dossier majeur de la mandature qui va être définitivement ouvert… avec l’implication que cela peut avoir dans la campagne.




> LGV : qui entend Madame Chirac ?

13102012

> LGV : qui entend Madame Chirac ? dans Actualité locale bamnagement

Apparemment confiante quant à la réalisation de la LGV Limoges-Poitiers, pour autant compromise par la situation économique, Bernadette Chirac a-t-elle un plan secret ? Compte-t-elle encore sur son aura ? Sur ses bonnes relations avec le nouveau président ? Pas sûr que son intervention annoncée ne fasse avancer les choses…

bernadette-chirac-claeys-rodet-209x300 dans Aménagement du territoireEn déplacement dans la Vienne dans le cadre de ses activités de présidente de la Fondation des hôpitaux de France, Bernadette Chirac a de nouveau affirmé au quotidien La Nouvelle République son soutien à la réalisation de la LGV Poitiers-Limoges. Elle va écrire au président de la République. Un soutien de poids, davantage par le symbole de l’histoire, que par la pertinence des arguments, tant l’ancienne première dame semble en décalage avec les considérations actuelles du gouvernement. Mais au final, un engagement qui pourrait ne pas avoir tant d’impact que cela. Prévoyant son « étonnement » dans le cas d’un abandon du projet, Bernadette Chirac compte-t-elle sur le copinage, la solidarité limousine, pour enfin donner à la région « sa » ligne, trente ans après le lancement des premières discussions en la matière ?

Associé par nombre de ses détracteurs comme un déraisonnable dépensier, François Hollande va pour autant incarner la rigueur, d’une manière ou d’une autre, quand son prédécesseur à l’Elysée, plus enclin, c’est presque logique, à revendiquer l’austérité, par ailleurs réputé proche de Mme Chirac, pouvait il y a seulement un an encore se permettre de promouvoir et promettre le même TGV dans son discours d’Aubusson. La « faute » de cet apparent paradoxe à la triple sanctuarisation des budgets de la sécurité, de la justice et de l’éducation, promesses symboliques et capitales de campagne. Ces dernières imposent nécessairement des restrictions parfois drastiques là à la culture, ici aux transports, les ministres en charge de ces domaines l’ont récemment réaffirmé, non sans difficulté. Sans parler de l’argument plus facilement avouable de la pertinence socio-économique, ou quand le terme de « social » vient légitimer le polémique vocable « économique ». Là-dessus, il faut bien le dire, il y aurait sans doute beaucoup à dire, mais là n’est pas le but de mon propos, la commission en charge d’évaluer la cohérence territoriale de la ligne s’en chargera bien assez vite.

A l’heure où jamais de sa tortueuse histoire, le projet n’a paru tant remis en question, l’intervention de l’épouse de l’ancien chef de l’État, que l’on a dès 2006 présentée comme grand défenseur du barreau Limoges-Poitiers, raisonne un peu dans le vide. La voix de l’épouse d’un ancien président, en toute fin de carrière d’élue locale, a-t-elle encore une portée ? En ces temps de difficultés financières, que pèse l’entente cordiale entre les Chirac et l’ancien maire de Tulle, nouée à travers les rencontres à Bity et les séances du Conseil général ? On ne le saura que lors de la révélation des priorités du gouvernement en matière d’aménagement. Comprend qui veut. Car si Bernadette Chirac en appelle aux promesses de François Hollande, elle est certainement consciente que ce dernier n’a plus ni la liberté de ton, ni la capacité morale de l’engagement du président du Conseil général de la Corrèze…

Photo : Des clivages politiques transcendés dans le soutien à la LGV (Bernadette Chirac associée aux maires de Limoges, Alain Rodet, et de Poitiers, Alain Claeys, socialistes favorables à la ligne).







Mascara |
ARBIA |
hors-micro |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | joaniz
| FO Assurances 77
| Info33