> Ces trésors que Limoges ignore encore un peu trop…

27062013

> Ces trésors que Limoges ignore encore un peu trop... dans Actualité locale expressVous avez peut-être pu vous procurer le numéro de L’Express consacré aux « trésors cachés de Limoges », il y a deux semaines. Vous y avez peut-être découvert des lieux et édifices inconnus jusqu’alors. Et vous en avez peut-être déduit, à la lumière et à l’instar de ces révélations, que Limoges devait fourmiller de ces trésors méconnus mais pourtant prometteurs. Deux défis sont sous-entendus par ce supplément documentaire. Le premier, l’équilibre entre considération et valorisation du patrimoine et aménagement et développement urbain. Le second, c’est de bien comprendre qu’au-delà de ces richesses du patrimoine bâti et matériel, Limoges semble regorger de potentiels tout autant cachés mais réels, qu’elle se doit de valoriser, pour elle, ses habitants et sa relation avec l’extérieur.

Il y a quinze jours, donc, le magazine L’Express faisait paraître, dans son supplément local limougeaud, un encart spécialement consacré à la capitale régionale et ses « trésors cachés ». Une initiative intéressante, permettant de faire la lumière sur certains angles méconnus du patrimoine local, et donc, pourquoi pas, d’inciter à un regard plus insistant et plus original sur des éléments qui font l’originalité de la ville. Cette originalité s’incarne d’une part par la très grande diversité, voire disparité des richesses patrimoniales, tant en époques qu’en aspect. Beaucoup de voyageurs et observateurs le remarquent, et ce n’est pas forcément un mal que de voir se côtoyer architecture contemporaine et bâti séculaire quand la cohabitation est harmonieusement négociée. D’autre part, Limoges se distinguerait – et ce n’est pas toujours heureux – par le caractère méconnu et insoupçonné de ce patrimoine. Car si des efforts ont été récemment fournis dans la mise en valeur de certains éléments jusqu’alors minimisés ou mal connus, beaucoup reste à faire (on pense au patrimoine archéologique antique ou au patrimoine industriel).

Le patrimoine, un outil au service de la cohésion sociale

De ces idées jaillit le défi majeur de la gestion du patrimoine : savoir le définir, l’apprécier à sa juste valeur et déterminer les objectifs et intérêts finaux de son appropriation, trouver le bon équilibre entre valorisation et aménagements, avec ce que cela peut supposer en terme de développement touristique et économique, mais aussi en ce qui concerne de réelles promesses sur le bien-être social, la cohésion des populations au-delà de leurs différences. Parvenir à déceler l’intérêt d’une valorisation sur un site sans tomber dans les travers de la muséification, savoir négocier l’inclusion d’éléments patrimoniaux dans un quartier pour en faire un symbole sinon un repère spatial vecteur d’harmonie paysagère et évocateur d’appropriation populaire, ce sont des enjeux majeurs pour faire des quartiers et des villes des espaces où il fait bon vivre et exercer une activité, de façon collective.

fourmontjovis-300x192 dans Aménagement du territoireLe magazine a cru bon parler de certains monuments visitables mais connus (le souterrain de la Règle, la rue de la Boucherie) ou bien moins (le cimetière de Louyat, les thermes de la villa gallo-romaine de Brachaud), et parfois – ce qui est encore plus intéressant – bien moins accessibles, dont le sort est de ce fait délaissé voire ignoré. C’est le cas du campanile de la gare, fermé pour raisons de sécurité depuis 2007, de la crypte Saint-Martial, ouverte et fouillée mais peu avenante, ou des fours à porcelaine subsistants, qui exception faite de celui des Casseaux, dépérissent petit à petit alors qu’ils sont le symbole physique du passé industriel de Limoges. Cette visibilité momentanée doit pouvoir sensibiliser ne serait-ce qu’un peu le lecteur au devenir de pans entiers de notre histoire, de nos références partagées. Autant de supports de cohésion sociale et de dynamisme économique et culturel. Et de fierté, aussi, cela compte…

Un discours politique volontaire et positif et une mobilisation collective au service de l’émergence de fiertés et de secteurs porteurs et salutaires

Mais beaucoup de potentiels restent ignorés ou sous-exploités. Le patrimoine linguistique et artistique autour de la culture occitane écrite et orale en est un que je trouve parlant ! Mais on peut aussi penser aux sujets qui sont davantage des « patrimoines en devenir », des marques de fabrique à créer et à dynamiser, des niches d’excellence en puissance (excellence environnementale, transports en commun, lecture publique, etc.). Des opportunités ont su être saisies dans les domaines de l’eau, du luxe, du droit de l’environnement ou de la francophonie. Gardons-le en tête et soutenons les efforts dans le temps et dans les discours ! Evidemment, il convient d’agir en mobilisant les bons outils et les bons arguments, en écartant récupérations politiques, réécritures historiques et artificialisation des traditions. Limoges (et je parle ici de la ville et de ses populations, bien au-delà des seuls édiles), n’a pas encore bien pris la mesure de toutes ses richesses, et même si en plusieurs points elle est sur la bonne voie, les discours ambiants et les inerties parfois observés sont la preuve que les efforts ne sont jamais assez poursuivis et, surtout, jamais assez partagés ! Et ce partage par tous, il passe à la fois par la mise en place d’outils de démocratie de proximité et par la prise de conscience des riverains.

Photo aérienne : (c) Google : le four de l’avenue Montjovis.




> La mémoire vivante, une nécessité

20052013

> La mémoire vivante, une nécessité dans Actualité locale binitiativelocale

C’est dans une ambiance à la fois chaleureuse et émouvante qu’acteurs et relayeurs de l’Histoire se sont réunis sous la houlette du Conseil régional des jeunes. Témoin du massacre d’Oradour-sur-Glane, résistant, professeurs, historiens et élus, jeunes ou « adultes » : dans la foulée de la cérémonie de commémoration du 8 mai 1945 au jardin d’Orsay, à Limoges, tous ont eu à cœur d’échanger sur les enjeux de la transmission de la mémoire aux jeunes générations. Et à travers ce sujet, rendre compte de l’importance des échanges entre citoyens de tous âges et de la solidarité intergénérationnelle.

dsc_9255-300x200 dans Histoire

Portée par quelques jeunes du CRJ, cette initiative, – les « Rencontres de la mémoire » – entendait pallier la désaffection des jeunes dans les cérémonies de recueillement et leur supposé désintérêt vis-à-vis de cette période de l’Histoire dont chacun connaît les principaux événements mais dont on parle peu au-delà de quelques dates symboliques. Et pourtant, nombre des réalités qui régissent notre société en 2013 sont des héritages directs ou indirects de la Seconde guerre mondiale (l’Etat-providence, nombre de lois, de références morales, d’équilibres politiques, de bâtiments architecturaux, la morphologie urbaine, ou de façon plus triviale, nos jours fériés).

Si ce constat de l’absence des jeunes est propre à tous les territoires, on s’est mis d’accord pour dire que le Limousin, riche d’une histoire récente particulière, n’était sans doute pas la région où les jeunes sont le moins au fait de ce passé et de ses implications contemporaines. Les stigmates des massacres de Tulle ou d’Oradour permettent bon gré mal gré une certaine sensibilisation du public à cette thématique, mais on se demande parfois si le caractère extrêmement singulier de ces drames n’oriente pas un peu la mémoire vers un hommage parfois un peu factice quand il tient du réflexe.

Quoi qu’il en soit, les participants, dont les élus Jean Daniel (pour le Conseil régional) et Cyril Cognéras (conseiller municipal à Limoges) dont on a pu saluer la présence, ont eu à cœur de souligner l’importance de leurs racines familiales dans cette sensibilisation au devoir de mémoire. C’est parce qu’on a pu vivre au plus près de certains sites martyrs, qu’on a côtoyé des grands-parents ou arrière-grands-parents témoins directs de cette Histoire, et que l’on s’engage, d’une manière ou d’une autre, dans la vie publique, que l’on peut parler au mieux des enjeux liés à la mémoire. Elus du CRJ, déjà engagés d’une certaine manière dans la vie citoyenne active, ont perçu les messages de sympathie et d’encouragement des aînés comme un soutien à l’effort permanent en faveur d’un dialogue et d’un échange de compétences entre jeunes et moins jeunes. Mais il faudrait veiller à ne pas animer ces recueillements autour de la seule passion, du seul sentiment affectif, car en dépit de sa sincérité et de sa force, ce sentiment n’est-il pas voué à l’altération, quand témoins ou relais de première main auront disparu ? Ou pour ceux qui n’ont pas eu l’occasion de vivre au plus près d’un résistant, d’un ancien combattant, d’un contemporain de ces pages douloureuses et fondatrices ? N’a-t-on pas déjà la preuve des limites de la transmission quand elle s’articule uniquement autour du partage en famille ? Cela ne suffira pas. Il convient donc de trouver d’autres remèdes. Et il ne s’agit ni de passer pour rétrograde, ni au contraire de tendre au révisionnisme !

Passer par le biais des établissements d’enseignement et des professeurs pour inciter plus fortement les élèves à se rendre aux cérémonies, préalable à leur sensibilisation au devoir de mémoire ? Ce pourrait être une solution, même si l’on hésite toujours à faire de ces moments des contraintes. C’est sans doute à travers un dispositif plus ou moins global et plus ou moins formel, mêlant refonte des programmes scolaires, valorisation de la mémoire dans les discours politiques, et attachement à rendre cette transmission vivante et ancrée dans un contexte contemporain que l’on pourra assurer une réelle vitalité à notre mémoire collective : en connaissant au mieux notre passé, nous pourrons d’autant plus repousser les tentations à la réécriture de l’histoire ou au retour de certains démons, mais également nous aurons les clés pour construire et assurer un monde dont les schémas demeureront inspirés par des idéaux qui ont permis, un jour, le redressement de l’Humanité.

Photo : (c) L.D., 8 mai 2013, Limoges




> Mobilisation à la faculté des lettres et des sciences humaines de Limoges

22042013

> Mobilisation à la faculté des lettres et des sciences humaines de Limoges dans Actualité locale blim

Les étudiants de la Faculté des lettres et des sciences humaines de Limoges (FLSH) sont remontés. La cause ? Une volonté annoncée par l’administration de l’Université de fermer d’ici peu les bibliothèques de section de la faculté, ces petites unités qui proposent aux étudiants et enseignants, au sein des bâtiments où sont dispensés les cours la documentation et les conditions nécessaires à la recherche. Si les défenseurs de cette idée estiment que l’intégration de ces fonds à la bibliothèque universitaire optimisera les démarches de travail, nombre d’étudiants et personnels s’insurgent contre une décision qu’ils jugent inutile et symptomatique d’une Université qui se trompe de combat dans la quête de l’efficience et de l’économie… J’ai souhaité donner la parole à des étudiants qui ont fait leur ce combat contre une tentation aux « logiques financières » d’un enseignement supérieur pourtant tellement indispensable.

dsc_8379-200x300 dans Culture

Riche de plusieurs de ces petites bibliothèques, l’Université de Limoges et en l’occurrence la FLSH a entamé il y a plusieurs années un transfert progressif des fonds documentaires des différentes filières vers la bibliothèque universitaire (BU), au nom du confort et du professionnalisme de ses personnels, quand seuls des étudiants tuteurs et des enseignants fréquentent les bibliothèques de section. Dans sa réponse aux inquiétudes des étudiants, la direction de la faculté insiste en effet sur « la mission de service public » que les employés accomplissent « avec beaucoup de compétence et de conscience professionnelle ». De ça, les étudiants ne doutent pas, mais estiment que ce n’est pas l’intérêt du débat et de leur mobilisation. Très concernés, ils disposent d’un argumentaire assez précis. Marie Toulisse, étudiante en L3 Lettres classiques, sait de quoi elle parle : les ouvrages en question sont essentiels pour « produire mémoires et thèses », et leur relégation « dans les profondeurs des archives de la BU » revient pour elle à une disparition inavouée. Le collectif de défense des bibliothèques explique : « le projet, censé transformer nos bibliothèques en  »espaces de travail », ce qu’ils sont déjà, va en réalité déplacer nos livres dans la BU, où ils seront l’objet de désherbage. Le désherbage, en bibliothèque, signifie le redéploiement des collections: autrement dit, nos livres seront placés en magasin, placés sur les étagères de la BU, mais pour beaucoup, ils seront bradés ou jetés à la poubelle. » Faisant allusion à des livres « rares et précieux », de fait encombrants quand l’on cherche la rapidité du reclassement, les étudiants prévoient avec agacement que « la BU n’a ni le temps ni les moyens de conserver, étiqueter et informatiser les milliers d’ouvrages que nous possédons. Beaucoup vont disparaître du circuit et les étudiants n’y auront plus accès. » Et n’hésitent pas à parler de « massacre » annoncé.

La colère a commencé à gronder il y a quelques semaines déjà, mais ne s’est réellement matérialisée qu’en avril, en dépassant le cadre des départements, individuellement, pour s’afficher en compte twitter, page Facebook, pétitions (434 signatures sur la pétition en ligne), échanges de courriels et même un article dans Le Populaire du centre. Les étudiants engagés dans une lutte corps et âmes pour sauver les bibliothèques de recherche ont en effet investi tous les champs possibles de la communication pour présenter le plus clairement possible leurs revendications. Ils se sont constitués en collectif, une structure qui se donne pour objectif de répondre au mieux aux arguments de l’administration, qui face à cette mobilisation peut-être inattendue, a tenu au droit de réponse et à réaffirmer son souhait du dialogue constructif et de l’apaisement. La période actuelle de vacances semble forcer une pause dans le débat – il serait peut-être exagéré de parler d’affrontement, la dimension locale de l’enjeu forçant sans doute la mesure. Pour autant, la détermination demeure. Au courriel envoyé par la direction de la faculté, le collectif, qui entend y répondre point par point, avance ses vérités (« Malgré toute sa bonne volonté, la BU n’est pas extensible à l’infini »), craint pour le devenir d’une partie des fonds et déplore l’absence totale de concertation sur le sujet. Au-delà, il déplore même une tentation de la désinformation : non, des ouvrages ont déjà été rendus inaccessibles, et quoi qu’il en soit, c’est bien de cadres idoines de travail dont on privera les étudiants, étant donné notamment que les personnels de la BU, en dépit de leur bonne volonté, ne sont pas spécialisés sur les ouvrages dont ils auront alors la charge.

Dans les arguments des uns et des autres, on sent parfois poindre une certaine lassitude vis-à-vis de certaines pratiques propres aux secrétariats. Mais plus que d’un agaçant mais commun imbroglio administratif, que l’on retrouve partout, c’est bien aux valeurs véhiculées par ce type de considérations que les étudiants veulent s’en prendre. Le sujet semble de ce fait plus ou moins politique. Le transfert des fonds dans le Service commun de documentation (le réseau des BU de l’Université, ndla) répond à une injonction ministérielle de 2011… A ce titre, il semble bien révélateur d’une certaine conception de l’Université, et en ce sens il dépasse le devenir des bibliothèques de section. C’est en tout cas ce qu’estiment les étudiants que j’ai pu interroger, qui pensent certainement que ce n’est pas la fermeture simple de ces bibliothèques qui condamnera l’enseignement supérieur, mais bien tout un ensemble de décisions néfastes dont celle-ci n’est qu’une petite facette, mais non moins emblématique. Marie fait allusion à d’autres menaces qui pèsent sur l’Université : « des filières sont menacées de fermeture car on trouve trop peu d’inscrits sur les listes », preuve que la malaise est plus large et les préoccupations intégrées à des enjeux plus globaux sur l’ambition que l’on voudra bien avoir sur l’Université du XXIe siècle. Catégorique, le collectif déclare donc qu’avec une telle ambition, « l’Université met un prix sur la culture et le savoir ». Et de dire non sans amertume :« l‘Université, depuis quelques années, dicte sa conduite selon un chiffrage méticuleux. Or, l’éducation ne se chiffre pas. Les investissements dans des bibliothèques ne se chiffrent pas. Ce sont des investissements sur l’avenir, et la valeur intellectuelle, humaine et culturelle n’est pas une valeur que l’on mesure en euros. […] Le fait que l’on parle de la  »performance » des universités est extrêmement révélateur à ce sujet. » Ainsi, si réunir les fonds dans une seule unité ne condamnera pas la recherche, c’est toute l’image de l’Université qu’ils désirent qui s’en trouvera atteinte. Attachés à ce qu’ils estiment être une richesse dans un établissement qui se doit de « promouvoir l’égalité des chances et l’égalité des étudiants à l’accès à la culture » et « promouvoir le savoir, la curiosité intellectuelle, la pensée critique », les étudiants pensent que c’est bien également à ses « valeurs » que la fermeture portera « un coup violent ». Et loin d’eux l’idée de vouer aux gémonies leur université de proximité, dont ils louent et ont conscience des « grands atouts », à savoir le « suivi personnalisé des étudiants, des équipes pédagogiques impliquées, une atmosphère chaleureuse ». On semble comprendre que les étudiants ne sont pas là pour défendre leur intérêt personnel, mais qu’ils voient aussi plus loin, prenant en considération autant leur devenir que celui des générations suivantes qui auront à cœur de bénéficier d’un enseignement de proximité, dans un établissement à taille humaine, parfaitement adapté à leurs attentes, leur ouvrant de nouveaux horizons et permettant une bonne transition entre l’enseignement secondaire et le monde professionnel…

bs-br-faceook-300x200 dans Haute-VienneCe débat semble susciter des vocations à l’engagement citoyen, et c’est tout à l’honneur de la faculté ! Marie, qui ose encore « espérer que [l'Université] a conscience que son but ultime dépasse l’intérêt purement économique », s’est surprise à prendre parti. Cette question « [lui a] permis de [se] sentir plus impliquée dans la vie étudiante et plus citoyenne également ». A l’heure où le destin à moyen terme de l’enseignement supérieur à Limoges, en particulier celui des lettres et sciences humaines dont les effectifs sont à la baisse, est plutôt flou, celle qui se destine à l’enseignement « [a] l’impression de ne pas agir seulement pour [elle] mais aussi pour les étudiants qui viendront après [elle] ». Et de rajouter, déterminée, convaincue mais peut-être un peu désabusée : « c’est la conception de l’éducation qui est en jeu dans ce débat ». Cela rejoint les propos de ces étudiants embauchés en tuteurs dans les bibliothèques de section, qui éludent leurs préoccupations financières personnelles que leur engagement aurait pu motiver, en parlant de ces espaces « pour [lesquels ils ont] effectué de nombreuses heures en-deçà de nos heures payées » par « amour des livres » et de leur cadre d’études. Cette affirmation n’est-elle pas trop appréciable, à l’heure où l’on a de cesse de pointer du doigt le désintérêt des jeunes générations pour la culture, et quand l’éducation semble avoir été érigée en grande cause du mandat présidentiel ?

Si tous sont d’accord pour saluer la bonne volonté de la plupart des acteurs en présence, et réclamer une discussion plus qu’un affrontement, ils semblent aussi partager le même avis sur les fausses bonnes idées et les faux combats sur lesquels s’engagent les équipes dirigeantes, qui pour eux n’ont pas perçu la richesse que constituent les BS dans la dimension socialisante de la recherche. Les tuteurs insistent d’ailleurs sur ce point, parachevant la démonstration de la multifonctionnalité de ces lieux en péril : « Les enseignants savent que la bibliothèque est un point de rencontre et de liaison avec les étudiants, et nous servons d’intermédiaires, les enseignants nous transmettant des exercices que nous faisons faire aux étudiants en difficulté afin de les aider à reprendre pied. Nous sommes aussi des interfaces entre les étudiants et les enseignants vers qui ils n’osent pas toujours se retourner, notamment les premières années de licence. » Dans leur discours, et à partir de ces propos, transparaît l’effarement, voire l’évidence que l’administration ne peut pas défendre un tel projet sans état d’âme. L’incompréhension réciproque s’est-elle à ce point installée ? Une concertation s’impose. Des enseignants ont déjà fait part de leur soutien aux étudiants mobilisés. Selon une expression décidément à la mode, les étudiants qui m’ont répondu semblent déterminés à ne rien lâcher. Marie avance que « le débat doit porter sur la façon de maintenir les bibliothèques à moindres frais et non pas sur une possible fermeture de celles-ci ». Le collectif conclue : « nous espérons et appelons de nos vœux l’annulation de cette décision nocive ».




> Comme un parfum de municipales… (Brèves de campagne #1)

7042013

> Comme un parfum de municipales... (Brèves de campagne #1) dans Actualité locale b-limoges2014-300x25

Articles de la presse régionale, premiers sondages nationaux, création d’un nouveau groupe au Conseil municipal, un blog et un groupe Facebook dédiés… A onze mois du premier tour des élections municipales, la campagne limougeaude semble plus que jamais imminente. Et le contexte politique national marqué par les rumeurs de remaniement et le spectre insistant d’une défaite de la gauche aux prochaines échéances n’y est sans doute pas pour rien. Si les premières listes et propositions. Retour sur ces quelques actualités qui ont tout juste fait bruisser le microcosme politique local ces dernières semaines :

limoges2014-bandeau-300x93 dans Aménagement du territoire- On l’avait signalé, les élus Nouveau Centre du groupe d’opposition au Conseil municipal de Limoges ont quitté leurs collègues de l’UMP pour créer un nouveau groupe centriste avec leur homologue du MoDem Nadine Rivet. Sans doute échauffés par les sorties verbales du conseiller Viroulaud, mais aussi motivés par la perspective de constituer une liste autonome, conforme aux voeux de l’UDI nationale, ces trois élus (Mme Rivet et Philippe Pauliat-Defaye et Marie-Pierre Berry) ont également concrétisé leur stratégie par la mise en place d’un compte Twitter et la publication sur leur site d’une déclaration de principes... en forme de pré-programme municipal ! Des grands axes qui interpellent également par le fait qu’ils diffèrent sensiblement des projets habituels de la droite limougeaude… Parmi ceux-ci : un « plan d’urbanisme cohérent, mêlant modernité et mise en valeur du patrimoine« , un souci accordé à « l’Université pour faire de Limoges un pôle d’excellence universitaire au rayonnement européen » ou le « renforcement de l’activité touristique de la ville autour du label « Ville d’Art et d’Histoire » mais également autour des traditions industrielles« .

- La presse régionale multiplie les articles spécialement consacrés. Après un premier jet qui révélait il y a quelques mois les choix des maires sortants de Haute-Vienne pour le prochain scrutin, Le Populaire a fait savoir l’apparent renoncement de Monique Boulestin, ex-première adjointe de Limoges, mais aussi confirmé la présence d’une liste FN, l’existence de discussions à l’UMP sur le nom de la tête de liste, les interrogations quant à la stratégie du PCF, tiraillé entre sa loyauté au bilan commun avec le PS et la tentation d’une liste Front de gauche avec les anticapitalistes…

- Lancé il y a tout juste un mois par un militant PRG, un groupe Facebook ouvert à tous et appelant au débat citoyen informel sur la campagne et ses enjeux a été ouvert. Pour l’instant riche d’une quarantaine de membres seulement, parmi lesquels Catherine Beaubatie, Monique Boulestin, Camille Geutier ou Marie-Françoise Pérol-Dumont, mais aussi quelques journalistes locaux, il ne demande qu’à accueillir de nouveaux citoyens avides d’échanges fructueux ! La campagne sera citoyenne ou ne sera pas.

- Figure reconnue du paysage artistique et littéraire limougeaud, Laurent Bourdelas a lancé il y a quelques jours un blog indirectement consacré à la prochaine élection. A travers ce nouvel espace, c’est une « vision plutôt historico-poético-littéraire » qui sera proposée, invitant davantage à la réflexion, à la prise de recul, qu’à l’engagement politique propre. Les premiers épisodes incitent à repenser Limoges par la géographie, la littérature, la déambulation et le paysage. Une ambition habilement complémentaire des débats politiciens et programmatiques !

- Enfin, les travaux préparatoires du secteur des Casseaux, plusieurs mois après l’ouverture polémique du nouveau McDonalds dans l’enceinte de l’ancienne usine Royal Limoges, devraient être lancés à la fin de l’année. Le grand chambardement fonctionnel et esthétique espéré est enfin en vue aux Casseaux. Un bénéfice pour les flux urbains, mais aussi pour l’image de la ville : 50.000 véhicules transitent quotidiennement par cet axe essentiel. C’est aussi un dossier majeur de la mandature qui va être définitivement ouvert… avec l’implication que cela peut avoir dans la campagne.




> Des nouveautés dans le programme des visites touristiques à Limoges

7042013

> Des nouveautés dans le programme des visites touristiques à Limoges dans Actualité locale blim

L’Office de tourisme de Limoges et le service Ville d’art et d’histoire ont rendu public il y a quelques jours le tout nouveau programme de visites et animations pour la saison printemps-été 2012. Après un hiver marqué par l’arrivée – entre autres – d’une promenade consacrée à l’héritage industriel du quartier de la place Carnot, et de nouvelles activités pour le jeune public, c’est toujours le souci de diversifier l’offre sans en altérer la qualité qui a motivé ce renouvellement. La programmation est enrichie de nouvelles propositions deux fois par an. L’objectif est sans doute double : capter la fréquentation touristique en transit vers des régions voisines plus attrayantes (le Périgord, l’Auvergne, mais aussi le plateau de Millevaches ou le sud de la Corrèze), mais aussi inciter la population résidente à redécouvrir son patrimoine et la sensibiliser à son unicité et sa protection.

dsc_8374-300x200 dans CultureAppliquée à proposer aux classes et aux familles des produits touristiques adaptés à leurs attentes, mais allant également aux devants de celles-ci, l’équipe en charge du programme a donc étayé la liste de nouvelles idées : un nouveau jeu de piste familial, une balade théâtrale avec la participation des jeunes comédiens de l’Académie du théâtre de l’Union, une redécouverte de l’austère mais passionnante place de la République… Autant de raisons de rester à Limoges pendant ces vacances. Soucieux d’étendre son action aux territoires périurbains, l’Office proposera aussi deux randonnées pédestres commentées sur le secteur de Landouge, autour de la thématique du peintre Corot (une visite dont j’ai pris part à l’élaboration, soit dit en passant…)

En parallèle, on assiste aussi à une redéfinition des intitulés sur les visites phares. Ainsi, à la suite des Souterrains de la Règle, succès inconditionnel des visites estivales (une visite par jour en juillet et août !), les visites de la Cité et du quartier du Château ont été dupliquées en une nouvelle visite générale, « Limoges 2000 ans d’histoire », qui doit donner aux touristes l’envie de revenir et profiter de promenades plus pointues, plus thématiques. Une recomposition intelligente qui se doit de donner plusieurs niveaux de lecture du patrimoine urbain, de diversifier une approche peut-être auparavant trop peu lisible pour le néophyte.

L’enjeu tacite est capital : en s’attachant à proposer une offre conséquente hors période estivale, notamment en fin de journée ou à la pause de midi, l’Office de tourisme et Ville d’art et d’histoire font tout pour que les riverains, les voisins, Limougeauds et Haut-Viennois, prennent la mesure du patrimoine qui l’entoure. Un patrimoine qu’il convient de rendre ou maintenir vivant pour qu’il séduise, c’est vrai, mais aussi que toute son importance en terme de dynamisme économique et  potentiel soit révélé et approprié par les habitants, ambassadeurs de leur ville, et notamment les jeunes, encore trop peu atteints. En cela, l’existence d’ateliers pratiques, de rencontres avec des acteurs de la ville (émailleurs, comédiens, musiciens, etc.) sont des pistes extrêmement intéressantes. Pour faire de chacun un citoyen éclairé, mobilisé, qui aura compris que la culture est un moyen particulièrement pertinent pour favoriser l’implication dans les processus démocratiques, mais aussi pour redresser un pays, une région en mal d’image ou de dynamisme.

Le programme est disponible notamment à l’Office de tourisme de Limoges, boulevard de Fleurus.

Photo : L. Destrem




> Nouvelle occasion manquée pour la reconnaissance des langues régionales

25032013

> Nouvelle occasion manquée pour la reconnaissance des langues régionales dans Aménagement du territoire bculture

La France ne ratifiera pas la Charte des langues régionales et minoritaires. Jugée non-conforme à la Constitution, qui stipule explicitement que la seule langue reconnue comme officielle demeure le français, la promesse n°56 de François Hollande passe à la trappe, même si le Président assure de sa détermination à compenser d’une manière ou d’une autre cette désillusion*. Alors, certes, au-delà de l’évident reniement qui nous est présenté, il ne s’agissait sans doute pas du plus marquant des engagements présidentiels. Et certainement pas celui qui viendrait le plus efficacement compenser les effets de la crise… quoique ! Quand on a conscience de ce qu’une telle reconnaissance aurait en matière de dynamisation touristique ou de cohésion sociale, on comprend d’autant plus les réactions amères et la motivation des défenseurs du patrimoine linguistique vivant national.

engagement56-hollande-300x217 dans HollandeMais qu’est-ce donc que cet obscur document dont on parle peu dans les médias ? C’est en 1992, sur proposition de la Conférence permanente du congrès des pouvoirs locaux et régionaux du Conseil de l’Europe, que le texte a été adopté par ce dernier et proposé à l’adoption des Etats-membres du Conseil de l’Europe. Rappelons que le Conseil de l’Europe, qui vise à promouvoir la paix, les droits de l’homme et la démocratie, est indépendant de l’UE. Ses objectifs de concorde et de respect de l’altérité en disent long sur les motivations de la présentation d’un tel document, qui ne peut que chercher à favoriser la compréhension et les relations des peuples entre-eux par la reconnaissance officielle de leurs spécificités culturelles et linguistiques.

En France, où plusieurs dizaines de langues et dialectes seraient potentiellement concernés par la Charte (citons le breton, le basque, l’occitan, le catalan, le corse, l’alsacien, mais aussi le romani, les langues kanak ou encore le créole martiniquais), l’adoption d’un tel texte fait peur à certains, car elle serait vue comme une occasion de desceller la langue française d’un statut qui lui permet d’être la seule langue reconnue dans l’administration. Donner un statut légal aux autres langues pourrait ainsi être perçu comme une volonté de céder devant des revendications autonomistes ou communautaristes venant mettre à mal l’intégrité territoriale et l’autorité de l’Etat. Ce qui est un faux argument, étant donné que seules les langues ayant été parlées sur le territoire depuis suffisamment longtemps pour être considérées comme traditionnelles et maillons du patrimoine national seraient concernées. Autrement dit, des langues qui ont prouvé que loin de diviser, au contraire, elles servaient la vitalité culturelle et l’enrichissement mutuel. Et ne viendraient nullement remplacer la primauté juridique du français, mais simplement proposer d’autres horizons culturels et accorder une visibilité à des réalités sociales. Car des millions de citoyens français pratiquent ces langues… ou aspireraient à le faire ! Est-il encore besoin de démontrer l’utilité de la pratique d’autres langues que la langue maternelle, dans tous les domaines et à toutes fins ? Je citerai le Conseil de l’Europe qui signale que « l’approche retenue par la Charte respecte les principes de souveraineté nationale et d’intégrité territoriale. De ce fait, elle ne conçoit pas les relations entre les langues officielles et les langues régionales ou minoritaires en termes de concurrence ou d’antagonisme, le développement de ces dernières ne devant pas entraver la connaissance et la promotion des premières. Elle adopte volontairement une approche interculturelle et plurilingue dans laquelle chaque catégorie de langue a la place qui lui revient. Il s’agit, dans chaque État, de prendre en compte une réalité culturelle et sociale. » La France peine donc encore à le comprendre.

dsc_6014-300x199 dans LimousinMais à quels engagements concrets la ratification de la Charte inciterait-elle ? Le Conseil de l’Europe mentionne 8 principes fondamentaux. Parmi eux, on trouve la nécessité d’une action résolue de promotion, la facilitation de l’usage oral comme écrit dans la vie publique mais aussi dans la vie privée, ou la promotion par les Etats de la compréhension mutuelle entre tous les groupes linguistiques du pays. Difficile d’être plus rassurant quant à la perspective des revendications sectaires… En conséquence, l’enseignement des langues régionales, la place accordée à celles-ci dans la signalisation routière, les émissions de télévision ou de radio, leur présence dans les procédures administratives sont autant d’enjeux. Ce qui est normal, ils sont au cœur de notre vie quotidienne, et le(s) reconnaître, c’est bien là l’ambition !

« Sauvegarder et promouvoir la richesse et la diversité du patrimoine culturel de l’Europe sont devenus des objectifs fondamentaux du Conseil de l’Europe. » Pourtant, sur les 47 Etats du Conseil de l’Europe, seuls 25 ont signé et ratifié la Charte, dont le Royaume-Uni, l’Allemagne, l’Espagne, la Suisse ou encore la Pologne. Huit autre pays ont, comme la France, signé sans ratifier (l’Islande ou la Russie par exemple). Enfin, treize Etats n’ont fait ni l’un ni l’autre, et c’est le cas de la Belgique, la Grèce ou le Portugal notamment. En dépit d’une nouvelle demande du Conseil économique et social des Nations Unies en 2008, et des pressions de nombreuses personnalités et de partis politiques, les gouvernements successifs depuis 2002 se sont toujours refusés à accéder à cette requête, en dépit d’un léger progrès avec l’inscription dans la Constitution sous le gouvernement Fillon d’une mention de l’appartenance des langues régionales au patrimoine de la France. Pour le pays à tradition jacobine séculaire comme le nôtre, c’était déjà un grand pas. La promesse 56 du programme du candidat Hollande laissait enfin croire qu’une juste reconnaissance des langues régionales et minoritaires françaises serait faite. Encore raté, et cela fait bien une soixantaine de fois que les portes du Palais Bourbon demeureront fermées à une telle proposition depuis le début de la Ve République.

Au-delà de toutes les réflexions qu’il serait peut-être bon d’avoir sur le poids et la pertinence démocratique des grandes instances comme le Conseil Constitutionnel ou le Conseil d’Etat, cet échec révèle combien la centralisation outrancière et l’absence de remise en question, à l’échelle nationale ici (même si on l’a déjà dit, ratification ou non, les collectivités locales doivent aussi se saisir de cette question, à Limoges, on attend toujours les panneaux bilingues !), est un fléau. Ce qui fonctionne pour les comportements éco-responsables fonctionne aussi pour la reconnaissance culturelle : camper sur ses positions quand c’est par peur, méconnaissance ou nostalgie, n’est que rarement une vraie bonne idée.

* Le Président avancerait également ne pas être assuré d’obtenir les 3/5e du Parlement requis pour une éventuelle révision constitutionnelle. De faux arguments pour beaucoup, qui estiment que c’est une volonté politique qui fait défaut à la majorité parlementaire…

Photo : Panneaux bilingues occitan/français à Nice, (c) L. Destrem

 







Mascara |
ARBIA |
hors-micro |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | joaniz
| FO Assurances 77
| Info33