• Accueil
  • > Archives pour septembre 2015

> Et si finalement, nous étions Aquitains ?

23092015

blim.bmp

Capture d’écran 2015-09-23 à 17.24.14Après le découpage, et la répartition des compétences et leur organisation entre les différentes villes, la détermination du nom de la future (et désormais proche) grande région répondant encore au nom d’Aquitaine – Limousin – Poitou-Charentes peut paraître un passage avant tout symbolique. J’en ai déjà un peu parlé, il se trouve que les symboles sont le reflet des intentions, et par la même occasion porteurs de nombreux autres effets éventuels. La plupart du temps, les noms des lieux décidés à l’époque contemporaine découlent des projections des acteurs qui les dirigent (valoriser le patrimoine, donner une image supposément positive, honorer une tradition ou une personnalité, etc.), et doivent matérialiser une conception du territoire qualifié (productif, attractif, touristique, solidaire…).

C’est à ce titre que les débats concernant le nom de notre nouvelle région vont forcément animer les échanges politiques : qu’on se le dise, le nom, parce qu’il définit et localise, suppose aussi des images, donc des rêves. Il se murmure que les limousins et picto-charentais pousseraient pour « Sud Ouest Atlantique », quand les aquitains se verraient bien garder leur nom. Les premiers ont à gagner en visibilité, passant sous silence par la même occasion, via un recours à la géographie naturelle, une part d’identité du grand voisin soupçonné de vouloir les phagocyter. Dans cette réflexion interviennent l’économie et les intérêts politiques, mais aussi la culture, les identités personnelle et collective… Le tout posant la question suivante : qu’est-ce qui doit déterminer le futur nom ?

La Rencontre des Historiens du Limousin a pris position et développe un argumentaire que l’on peut résumer à : « nous ne devenons pas Aquitains, nous le sommes », ou du moins, « nous le redevenons, et ce n’est une infamie pour personne ». À contre-courant de la position a priori attendue des élus du Limousin, donc, ce groupe de chercheurs rappelle notamment que nous – Limousins – avons longtemps fait partie de ce qui était l’Aquitaine (et pas moins que Bordeaux…), depuis la Gaule Aquitaine jusqu’au duché d’Aquitaine, et que Limoges a été le lieu de couronnement du roi d’Aquitaine Charles l’Enfant et du duc d’Aquitaine Richard Coeur de Lion. En vérité, ce n’est que depuis la constitution des régions contemporaines que l’Aquitaine se réduit artificiellement aux cinq départements que l’on sait, entre le Périgord vert et la Côte basque. Rétablir l’Aquitaine d’avant ne serait donc pas un simple hommage mais une réparation. Rappelons d’ailleurs que le « Limousin » que l’on se vante d’hériter des Lémovices ne couvrait en tant que province que la moitié sud de l’actuelle région, la moitié nord correspondant à la Marche. Un Creusois n’est donc Limousin que depuis quelques décennies !

On comprend ici que les références pluriséculaires peuvent constituer des dénominateurs communs particulièrement pertinents, qui se réclamant d’une réelle profondeur historique et culturelle en plaçant notre patrimoine commun au cœur de la réflexion territoriale, peuvent contribuer à faire de l’humilité une nouvelle variable de l’action… N’est-ce pas séduisant, dans la perspective de renouveler notre modèle démocratique ?

Je dois bien l’avouer, au départ, sans doute piqué dans ma fierté de Limousin se sentant abusé par une réforme tellement brutale – et mal argumentée, et brutalisé par le silence éloquent de certains élus aquitains à l’égard du devenir du futur-ex Limousin, je ne voyais pas pourquoi nous devrions nous soumettre à l’Aquitaine, ses velléités et son nom ! Il faut dire que l’attitude du président sortant d’Aquitaine à notre égard n’a pas toujours été d’une grande classe.

Alors oui, Sud-Ouest Atlantique me semblait être un moindre mal : au moins les Bordelais n’auraient peut-être pas tout gagné « sur nous » ; on gagnerait peut-être en visibilité aux yeux de la capitale, l’évocation maritime avait quelque chose de vivifiant… 

25130Je vous l’accorde, c’est un peu puéril, du moins chauvin, et surtout c’est une position assez contradictoire en ce qui me concerne, moi qui suis le premier à critiquer ces terminologies économistes, « compétitives » et uniformisantes auxquels nos édiles en manque d’inspiration et de pouvoirs nous soumettent régulièrement… J’ose espérer que Midi-Pyrénées-Languedoc-Roussillon ne va pas accoucher d’un vilain « Sud de France – Pyrénées » ! (Il me semble qu’un simple « Languedoc » serait assez juste, historiquement, non ?) Georges Frêche et les enfants plus ou moins spirituels et plus ou moins terribles qui lui ont succédé n’ayant eu de cesse depuis sa disparition de décliner à l’infini et à l’overdose la marque Sud de France Car comme on peut le voir ci-contre, c’est bien d’une marque dont il s’agit, ce qui en soi n’est pas un mal, mais qui en termes géographiques s’avère être la preuve d’une financiarisation latente et douteuse de nos territoires, qu’on se le dise. Ah, j’entends que Sud de France, comme Sud Ouest Atlantique, faciliteraient la localisation, drainerait les touristes et les capitaux, donc participerait à l’essor du territoire. Certes, les marques territoriales peuvent être des leviers intéressants dans la dynamisation des territoires – citons l’exemple de la marque Limousin qui permet de fédérer les acteurs économiques dans une même stratégie. Cependant, l’application du marketing au territoire est toujours porteuse de menaces en ce qu’elle n’est pas un catalyseur automatique de richesse pour les populations, et qu’elle pêche encore en matière de démocratie du processus d’invention, de décision et d’animation. En outre, un nombre impressionnant de régions européennes, même petites, même pauvres, porte des dénominations historiques (bien plus pittoresques et poétiques que d’austères Nord, Sud, Est, Ouest), sans que cela n’apparaisse comme un facteur déterminant dans notre capacité à les situer : Bavière, Estrémadure, Brabant wallon, Algarve, Trentin-Haut-Adige, Cornouailles, Frise, Tyrol, Silésie… ce n’est pas si mal, non ?

Donc je me dis finalement, à la lecture de l’argumentaire de la Rencontre des historiens du Limousin, en pensant à Ruedi Baur1 et en repensant à tout ce que j’ai pu étudier cette année passée durant la réalisation de mon mémoire sur les noms de stations de tram (là encore de beaux exemples de stratégies d’uniformisation du paysage toponymique !), qu’ « Aquitaine » est peut-être ce qui a le plus de sens… Donc à nous de nous réapproprier ce que les Girondins, Landais, Périgourdins, Béarnais et autres Basques ne doivent pas confisquer ! Le rappel du glorieux passé historique de Limoges dans cette ancienne entité doit contribuer à nous en convaincre. C’est finalement un choix positivement iconoclaste que celui-là !

Comment finalement se résoudre à abandonner Limousin ? Je l’ai rappelé, le Limousin comme triptyque idéal Corrèze – Creuse – Haute-Vienne est une invention toute récente. Mais surtout, le Limousin survivra au découpage, quand bien même il n’apparaîtrait plus dans le nom de la région, parce qu’il est une notion culturelle et vécue qui n’a pas besoin des limites administratives pour exister. Tout comme Roussillon, Périgord, Béarn ou Anjou ont survécu aux départements, même sans plus exister dans leurs noms.

Ainsi, le vrai enjeu, il faut à mon sens plutôt le voir dans le fonctionnement démocratique de cette future région ; à nous de veiller à ce que le choix d’ « Aquitaine » ne légitime pas une hégémonie bordelaise dans les faits et gestes des représentants que nous élirons en décembre prochain.

Maintenant, à vous de faire connaître votre avis sur www.magranderegion.fr

1 Dans le cadre du cycle de conférences que je contribue à organiser au sein du département de géographie de l’Université de Genève, consacré aux enjeux de la toponymie métropolitaine en Suisse, nous allons sans doute et je l’espère recevoir le designer franco-suisse Ruedi Baur, célèbre pour avoir réalisé la typographie et la signalétique du centre Pompidou, et connu pour tenir un discours assez critique vis-à-vis du recours économiste dans les dénominations et les identités visuelles des territoires, ainsi considérés comme des produits marchands.




> Quelques suggestions pour les Journées du patrimoine

18092015

blim.bmp

JEP 2015Ce week-end auront lieu les 32e Journées européennes du patrimoine. Un rendez-vous incontournable d’éducation populaire et de sensibilisation à la richesse de nos territoires.

« Patrimoine du XXIe siècle, une histoire d’avenir » : très juste mais a priori incongrue est la thématique choisie cette année. En effet, notre tout jeune siècle a-t-il eu le temps de produire des patrimoines ? Assurément, si l’on considère bien le patrimoine de façon proactive – et c’est ce qu’induit l’intitulé de cette année : salles de spectacles, musées, infrastructures de transports et industries, centre-ville réhabilités, mais aussi découvertes scientifiques, productions culturelles ou innovations techniques ; tout ce que nous avons déjà produit depuis quinze ans est le fruit de nos héritages, de nos relations, de nos aspirations, et à ce titre le produit de notre culture. Il en est déjà le témoignage et le sera encore davantage pour les générations en devenir. Penser la valorisation et la préservation de ces productions, c’est donc faire preuve d’humilité et d’un sens de la durabilité qui plus que jamais doit nous habiter. Toute période enfante son patrimoine : halte aux relectures hasardeuses qui sous couvert de modes esthétiques, d’impératifs économiques et/ou politiques voudraient que l’on valorise telle époque ou tel style au détriment d’autres. Le patrimoine – comme le paysage d’ailleurs –, ce n’est pas (que) le culte du beau, du grandiose, du dispendieux, du lucratif. C’est aussi et avant tout le reflet de notre société, dans sa simplicité, dans sa banalité, dans son utilitarisme aussi. Comme l’ont été les grands monuments que nous glorifions aujourd’hui. À ce tire, le patrimoine industriel ou résidentiel, le patrimoine immatériel (notamment linguistique), les paysages « ordinaires », doivent faire l’objet de toute notre attention. Puissions-nous en entretenir la conscience, en cela relayés et soutenus par les acteurs stratégiques que sont l’école et les médias.

À la lecture du programme annuel des JEP en Limousin – du moins sur Limoges –, un peu de déception tout de même. En effet, trop peu d’éléments de notre histoire très récente seront accessibles au grand public. Sans doute sommes-nous encore écrasés par la solennité du « vieux » et traditionnel (mais indispensable) patrimoine des châteaux et des églises, dont la sauvegarde est un combat permanent et sans fin. Sans doute aussi les sites de ce « patrimoine du temps présent » sont encore trop fonctionnels, englués dans une barbante quotidienneté et des règles de sécurité un peu trop strictes, pour qu’on les appréhende comme des lieux de visite le week-end.

On pourra regretter que davantage d’usines ne se joignent pas au mouvement, qu’Urêka, le musée de la mine d’uranium de Bessines, ne propose pas des interventions sur l’après-mine et la dimension sociale de l’exploitation controversée de ce minerai aux effets ambivalents, que le Limousine Park, centre de découverte de la viande bovine ouvert cet été au pôle de Lanaud, ne surfe pas sur l’occasion pour faire parler de lui, que les projets de réaménagement de Limoges ne soient pas davantage intégrés à une réflexion sur le devenir du patrimoine à l’époque contemporaine, que le patrimoine universitaire – bâtiments et projets de recherche – ne soit pas davantage mis en avant (on salue quand même l’ouverture du Centre européen de la céramique), que la STCL et la SNCF n’aient pas ouvert leurs entrepôts, et que l’aspect démocratique du patrimoine ne soit pas plus souligné… On pourra enfin verser une larme sur l’absence des jardins sonores de la Borie, mais c’est une autre histoire…

mediathequegiraudouxbellac

Mais venons-y, tout de même de belles opportunités. Citons :

  • la découverte du périmètre de l’Aire de valorisation de l’architecture et du patrimoine (AVAP) qu’Eymoutiers met en place actuellement autour de son centre ancien. Une bonne opportunité pour découvrir et comprendre les mécanismes de la protection du patrimoine à l’heure où l’on nous parle de durabilité et de transversalité des approches (samedi, 15h – tel. 05.55.69.57.60).
  • la belle alliance des contrastes de la Médiathèque Giraudoux de Bellac, entre classicisme et contemporain (samedi, 10h-16h, 05.55.68.12.79).
  • la visite de l’usine textile Broussaud des Cars, un bon moyen de soutenir le Made in Limousin (samedi : visites à 10h30 et 14h30, 05.55.36.90.90).
  • une exposition et des visites pour comprendre l’opération en cours de réaménagement de la place du 8 mai à Cieux (samedi a-m, 05.55.68.12.79).
  • comme les années précédentes, la grande mosquée de Limoges ouvre ses portes aux visiteurs (samedi et dimanche, 10h-13h, 15h-19h).
  • … tout comme France 3 Limousin, un incontournable des JEP qu’il faut avoir visité ne serait-ce qu’une fois, histoire d’approcher ses idoles du JT régional et de présenter une météo presque vraie devant l’écran vert (samedi, 10h-17h, sur inscription : il y a du monde en général)…
  • … et les Distilleries du centre, toujours à Limoges, parmi les dernières du genre dans une ville connue pour ses nombreuses anciennes brasseries, où il est possible de comprendre les processus de fabrication des alcools artisanaux… et même de les déguster (samedi 9h-12h, 14h-18h, 05.55.77.23.57).
  • En attendant son déménagement prometteur rue Charles-Michels, le FRAC Limousin vous attend encore dans les anciens chais de la coopérative de l’Union de Limoges pour une visite commentée de l’exposition « Fantômes dans la machine », demain et dimanche à 16h.
  • À Panazol, la médiathèque municipale propose samedi une journée thématique consacrée au « mail art », ou « art postal », avec au programme une expo (aux horaires d’ouverture), une conférence par Rémy Pénard à 14h30 et un atelier à 15h30 (05.19.99.40.41)
  • plus loin et côté nature, il est encore possible de découvrir la surprenante île de Chaillac, plus grande des îles sur la Vienne, entre Saint-Junien et Saillat-sur-Vienne, où cohabitent une faune et une flore riches, une potière et des agriculteurs, dans un cadre exceptionnel agrémenté d’un parcours d’interprétation.
  • Riche programme également au centre d’art contemporain de Vassivière, avec entre autres un atelier artistique pour enfants dans la structure gonflable de Hans Walter Muller (sur inscription, dimanche 14h45), et une rencontre avec l’équipe en résidence au château, composée des architectes de « Bureau mécanique » et des graphistes de « J’aime beaucoup ce que vous faites », avant une dégustation de vin (samedi, 17h). (05.55.69.27.27).
  • Enfin, ce samedi a lieu en parallèle le festival Rêves en place autour de la place de la Cathédrale à Limoges : au programme, jeux, concerts, bal, animations diverses… L’objectif : remettre l’espace public au cœur d’une conception festive, onirique (de fait), conviviale et solidaire.

Chez nos voisins limousins, il y aussi de quoi faire, avec en Corrèze :

  • à Brive, une balade à vélo commentée sur les transformations récentes de la cité gaillarde, dimanche à 10h30, avec le CAUE, Brive Ville Cyclable et les archives municipales (belle collaboration !).
  • exposition, performances (ce soir 19h et demain 14h) et visites du lieu de création artistique Le Garage, également à Brive (05.55.88.80.81).
  • toujours à Brive, le Studio Musiques actuelles de la rue Cassan accueillera les visiteurs et leur proposera notamment des répétitions et des démonstrations d’enregistrement (samedi 10h-12h, 14h-19h et dimanche 14h-18h).
  • le pôle accordéon, à Tulle, ouvre ses portes sur réservation demain et dimanche après-midi (14h-18h, 05.55.20.28.28), pour présenter cet instrument indissociable de la ville sous des jours contemporains…
  • la cité administrative Montalat, dite le « gratte-ciel de Tulle », qui marque singulièrement la skyline de la préfecture corrézienne, est ouverte à la visite commentée (demain à 14h, 15h, 16h, 17h, réservez avant cet après-midi 16h, 05.55.20.55.02).
  • dimanche à 15h, dans le cadre de la programmation du Pays d’art et d’histoire Ventadour Hautes terres corréziennes, une conférence-visite se tiendra à Neuvic sur le patrimoine XXIe et le rôle de notre regard sur le patrimoine dans sa compréhension, en plein dans la thématique de l’année (05.87.31.00.57).
  • le toujours riche et épatant programme du Pays d’art et d’histoire Vézère-Ardoise, avec notamment la visite d’un chantier de maison en paille à Saint-Bonnet-l’Enfantier (samedi et dimanche 14h-17h). Également dans ce cadre, à Vigeois, le spécialiste de la toponymie occitane Yves Lavalade tiendra une conférence sur ce sujet inépuisable et essentiel pour comprendre l’histoire de nos communes (ce soir, 20h30, Centre culturel) (05.55.84.95.66).
  • et aussi le viaduc des Rochers noirs, à Soursac, sur la Luzège, mis en lumière par Des racines et des ailes, chef d’oeuvre oublié de l’ingénierie ferroviaire, accessible librement de 9h à 19h tout le week-end.

Enfin, en Creuse :

  • grâce à l’Office de tourisme de la vallée des Peintres, il sera possible de s’introduire dans la cartonnerie désaffectée de la Celle-Dunoise, où la vie s’est arrêtée au 27 avril 1999 (sur réservation, demain 10h, 11h, 14h, 15h, 05.55.89.24.61).
  • demain à 10h30, il sera possible de comprendre la construction urbaine de Guéret, de ses origines à nos jours (sur inscription, 05.55.52.14.29).
  • Jean-Louis Paties ouvre son atelier de taille de pierre à Saint-Léger-le-Guérétois, tout près des anciennes grandes carrières du Maupuy (05.55.52.56.44).
  • le CAUE 23 propose un circuit décalé des églises du Plateau autour de Felletin, en covoiturage et pique-nique dans le sac à dos, au départ de l’Office de tourisme à 10h, et jusqu’à 17h (05.55.64.54.60).
  • le domaine agricole de Banizette, à La Nouaille, toujours en activité depuis le XVe siècle, propose des visites guidées demain et dimanche à 15h, 16h15 et 17h30.
  • à Toulx-Sainte-Croix, le chantier de restauration du lavoir d’hiver initié par l’association Pierres en marches sera accessible (samedi 10h-17h, dimanche 11h-17h). Il sera même possible de participer dimanche (9h30-17h, 15 €) à un stage de construction d’un mur en pierres sèches, et ainsi de se confronter concrètement aux enjeux du patrimoine vivant !

Espérons finalement que l’an prochain, d’autres patrimoines du XXIe siècle soient mis à l’honneur plus nombreux, et que pour les éditions suivantes, il ne soit plus besoin de justifier que notre petit siècle est déjà un producteur incessant de patrimoines !

Toutes les coordonnées et tous les renseignements utiles sont disponibles dans le programme complet sur le site de la DRAC Limousin.







Mascara |
ARBIA |
hors-micro |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | joaniz
| FO Assurances 77
| Info33