• Accueil
  • > Archives pour décembre 2011

> Bonne année 2012 !

31122011

> Bonne année 2012 ! dans Perso Bonne-ann%C3%A9e-2012

De retour vers le 13 janvier ! :)




> Défaite de Monique Boulestin : la dure loi de la politique ?

9122011

> Défaite de Monique Boulestin : la dure loi de la politique ? dans Actualité locale blim

boulestin-300x169 dans Législatives 2012« Comme si de rien n’était ». En dépit de la fracassante démission de Monique Boulestin, c’était apparemment le mot d’ordre pour la majorité d’Alain Rodet au Conseil municipal. Au contraire des élus de l’opposition, de droite comme de gauche (Geutier, Gaffet, Cognéras), qui ont tenu à rendre hommage à la première adjointe battue la semaine dernière par Catherine Beaubatie dans la course à la désignation pour les législatives de 2012 dans la nouvelle 3e circonscription de Haute-Vienne.

Démission. Un acte qui peut surprendre par la justification-même, invoquée par la députée sortante, qui s’estime désavouée. Si Monique Boulestin ne se trompe pas en reconnaissant qu’au terme d’un processus légal et légitime, elle a au moins partiellement perdu la confiance des militants (ou du moins que Mme Beaubatie la recueille davantage), si peu nombreux (483) soient-ils comparés aux 124 000 inscrits de la circonscription, deux questions peuvent nous venir en tête.

En estimant avoir perdu de la même façon la confiance des militants dans sa tâche de première adjointe au maire de Limoges, Monique Boulestin ne fait-elle pas erreur ? En effet, la troisième circonscription nouvellement créée ne comporte que cinq des seize cantons de la ville de Limoges (Corgnac, Puy-las-Rodas, Beaupuy, Couzeix*, Isle*, Landouge) soit 28 900 inscrits sur les 80 000 limougeauds inscrits sur les listes électorales en 2008 et 18 600 sur les 50 000 à avoir effectivement voté). Soit à peine un quart des inscrits de cette circonscription, sensiblement proche de celle que laisse Marie-Françoise Pérol-Dumont. Sans oublier que les compétences comme les contextes d’élection sont radicalement différents, entre le député et le conseiller municipal.

De plus, les électeurs limougeauds ont voté pour la liste Rodet, comprenant entre autres Alain Rodet, Catherine Beaubatie, Monique Boulestin en 2008, et pas seulement pour Madame Boulestin. Par ailleurs, ils ont largement plébiscité cette liste (56 % au premier tour face à cinq listes concurrentes dont trois de gauche). Il me semble qu’il n’y a donc pas lieu de se sentir désavouée sur le point de vue de la légitimité démocratique.

Enfin, Monique Boulestin a été présentée comme députée sortante, « titre » lui conférant selon certains et selon elle-même une légitimité accrue pour briguer le poste… qui n’appartient à personne, mais serait davantage celui de Marie-Françoise Pérol-Dumont, députée de la circonscription dont tous les cantons se retrouvent dans la nouvelle entité, que Catherine Beaubatie et Jean-Marc Gabouty, le plus crédible des représentants de l’opposition départementale, chercheront à gagner en juin prochain.

La vexation de perdre le combat contre une co-listière de 2008 avant même de l’avoir véritablement commencé contre les vrais adversaires de la droite est compréhensible. Monique Boulestin étant élue depuis 2007, avec la prime de la victoire sur une figure emblématique de la droite locale (Alain Marsaud), nous sommes en droit de penser que les règles politiques du PS, aussi démocratiques et légales soient-elles, sont dures, et Alain Rodet lui-même l’a reconnu. Oui, mais elles sont démocratiques et légales, et nous l’avons vu, Monique Boulestin n’était pas une candidate naturelle.

Enfin, je reconnais ne pas être forcément au courant des raisons qui ont poussé les militants à préférer Catherine Beaubatie, soit dit en passant, élue de qualité. Mais là n’est vraiment pas le problème. Nous sommes bien évidemment en démocratie, et désormais, il reste à espérer que le bon sens l’emportera.

Espérons que Mme Boulestin saura trouver une manière d’exprimer ses idées et de faire profiter de ses compétences et de ses convictions les limougeauds d’une manière ou d’une autre. Si elle a logiquement refusé d’aller plaider sa cause à la commission nationale d’investiture, espérons qu’elle ne cèdera pas à la tentation d’une candidature dissidente qui serait bien malheureuse pour la gauche en cette échéance historique et pour son image en Haute-Vienne. Au travail !

* partiellement compris sur la commune de Limoges. Les chiffres que j’avance sont ceux des inscrits dans les bureaux strictement limougeauds (source : résultats 2008 des élections municipales, Le Populaire du centre).







Mascara |
ARBIA |
hors-micro |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | joaniz
| FO Assurances 77
| Info33