• Accueil
  • > Archives pour le Jeudi 23 décembre 2010

> Audrey Pulvar, pas assez « indépendante »… ou trop morale ?

23122010

bmedias.bmp

audreypulvaritele.jpgProfiter de la situation pour le moins confuse pour reprocher à Audrey Pulvar des propos peut-être un peu secs, comme c’est le cas en ce moment, c’est à mon avis se tromper de cible. Celle qui fustigeait les accusations de bien-pensance et les préjugés de « journaliste de gauche » énoncées par Eric Zemmour sur le plateau de Laurent Ruquier la semaine passée est longtemps apparue comme une des rares journalistes des grandes chaînes nationales à savoir concilier un juste équilibre entre neutralité et subjectivité, un professionnalisme évident, et une détermination apparente. Un journaliste politique (ce qui est le cas d’Audrey Pulvar dans les émissions dont elle avait jusqu’ici la charge) ne peut pas (ne doit pas ?) être objectif. Mais invoquer les soupçons de connivence idéologique pour écarter une journaliste de ses responsabilités professionnelles relève de la paranoïa, de la faiblesse. Plus grave, on décrédibilise le journalisme, au-delà du risque de décrédibiliser la femme. Certes, je ne pense pas qu’il soit ici question de remettre en doute la faiblesse de l’opinion de la femme vis-à-vis de l’époux, bien qu’il soit possible que la manière n’eût pas été la même avec un homme. Le sexisme est latent, c’est une certitude, hélas. Mais plus largement, le cas d’Audrey Pulvar, – personnalité que j’apprécie, au-delà, de toutes allusions d’ordre politique – pose la question de la collusion entre politique et information. De plus, il est étonnant de voir que la question suscite tant de remous dans ce sens. Quand Audrey Pulvar elle-même condamnait le copinage entre nombre de caciques des JT et les plus hauts responsables de l’Etat. Et ça, c’est une réalité.

Audrey Pulvar s’est « illustrée » à plusieurs reprises pour avoir tenu tête à Nicolas Sarkozy. Sur le rôle « positif » de la colonisation, sur les émeutes en gare du Nord peu avant le premier tour de la présidentielle en 2007, en 2008 sur les reconduites à la frontière, … La relation de la journaliste avec Arnaud Montebourg, candidat aux primaires socialistes pour l’élection présidentielle de 2012, pourrait en fin de compte servir de prétexte à ceux qui sont dérangés par la pluralité du journalisme et la moralité d’une journaliste.







Mascara |
ARBIA |
hors-micro |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | joaniz
| FO Assurances 77
| Info33