• Accueil
  • > Archives pour le Jeudi 13 mai 2010

> Limoges/Limòtges bientôt bilingue ?

13052010

blim.bmp

limogesbilingue.pngNon, non il ne s’agit pas de l’imposition d’un bilinguisme français-anglais dans toutes les réunions du conseil municipal ! Mais simplement de l’arrivée de panneaux en occitan aux entrées de la ville, comme cela se fait déjà dans de nombreuses communes d’Occitanie, notamment dans la région. Cette mesure est en tout cas réclamée depuis de nombreuses années par les fervents défenseurs de la langue et de la culture occitanes, mais aussi réaffirmée à chaque élection par divers partis, au premier rang desquels figurent Les Verts.

Alors que les collectivités limousines montrent globalement et matériellement un peu moins leur attachement à la mise en valeur de l’occitan dans la signalisation (malgré je le répète de plus en plus de communes adoptant des panneaux bilingues, comme autour de Saint-Junien, en Charente Limousine ou sur le plateau de Millevaches), de plus en plus de villes et de départements du sud de la France, à l’instar des Basques, des Corses ou des Bretons, choisissent de valoriser ce patrimoine culturel commun. Dernier en date, l’Aveyron, qui aurait choisi de consacrer une part de son budget 2010 à l’installation d’une signalisation bilingue français-occitan, et qui rejoindrait pêle-même la Toulouse, Nice, la Lozère, … qui ont tous pris diverses initiatives dans ce sens.

panneaubilingue.bmpEn Limousin, et plus précisément en Haute-Vienne, il faut bien le dire, peu de communes présentent des panneaux bilingues. La communauté de communes Vienne-Glane à il y a quelques années pris cette initiative ; ainsi, Javerdac, Sent Vertunian ou Orador de Glana souhaitent la benvenguda aux automobilistes. D’autres localités possèdent elles aussi des panneaux de ce type (Saint-Yrieix-la-Perche, Aixe-sur-Vienne, Châlus, …). Enfin, d’autres encore, mais beaucoup plus rares, ont placé la traduction occitane de leur noms de rues, comme Bersac-sur-Rivalier, chose qui en Limousin paraît marginale alors que la ville de Toulouse en possède depuis longtemps.

Dans la région, le renouveau du militantisme culturel et linguistique occitan est réel. Et s’est donc approprié ce combat pacifique, à la suite de l’Institut d’Etudes Occitanes. Un groupe Facebook a été créé. Le collectif Arri!, créé en 2008 à Limoges, est composé de jeunes de la région attachés à la défense de ce patrimoine séculaire qui par exemple, il est vrai, est susceptible de diversifier l’offre touristique de la région, et de faire connaître au mieux l’histoire d’une ville autant occitane que Toulouse, Marseille ou Montpellier. L’automne dernier, Arri! a lancé une campagne pour l’installation de panneaux bilingues aux entrées de Limoges. Et la dernière Lettre du Limousin du Conseil Régional devrait les satisfaire, puisque selon le texte, la Ville de Limoges s’apprêterait à placer lesdits panneaux. Une reconnaissance. Mais on peut penser que ce n’est qu’un début.

Liens :
- La campagne de l’IEO (Institut d’Etudes Occitanes)
- Le site d’Arri!







Mascara |
ARBIA |
hors-micro |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | joaniz
| FO Assurances 77
| Info33