• Accueil
  • > Archives pour janvier 2010

> Elections régionales 2010 en Limousin (1)

30012010

belections.bmp

rgionales2010limousin.pngLe Limousin à l’écart des coups de théâtre ?

Il faut bien le dire, les campagnes électorales locales en Limousin sont rarement l’objet de luttes acharnées et de suspenses haletants. Excepté lors de la victoire de François Hollande il y a deux ans au Conseil général de Corrèze, force est donc de constater que les périodes électorales restent courtoises, calmes, aboutissant à un résultat attendu.

Soyons sincères, le Limousin est une des régions les plus à gauche de France. En 1992, il s’agissait même de la seule région française dirigée par le PS (une des deux seules avec Nord-Pas-de-Calais à avoir une majorité de gauche). Limoges est socialiste depuis un siècle. Et la Chiraquie historique est bien mal en point.

Cela dit, la gauche se doit de ne pas se reposer sur ses prétendus lauriers, car on sait par expérience que rien n’est acquis à l’avance. Et la campagne régionale de cette année semble présager d’une âpre et étonnante bataille, qui sans probablement remettre en cause la couleur de la majorité, devrait apporter son lot de surprises ou de changements.

Vers une lutte passionnée et acharnée

Le fait majeur de cette pré-campagne réside à la division de la majorité sortante. Parti à la conquête du fauteuil vacant de Robert Savy à la tête d’une liste PS-PRG-PCF-ADS, Jean-Paul Denanot ne briguera un second mandat qu’accompagné de l’ADS, des chevènementistes, des écologistes limousins, et des radicaux. Les communistes ont en effet constitué une liste commune avec le Parti de Gauche, rejoints par des dissidents écologistes tels Cyril Cognéras, ainsi que, surprise, par le NPA. Cette liste espère bien entendu confirmer les résultats satisfaisants du Front de Gauche aux européennes et du NPA aux municipales. Le Nouveau Centre part aux côtés de l’UMP, mais de récentes dissensions pourraient remettre en cause l’équilibre de la droite limousine autour de Raymond Archer. Le MoDem fera bien cavalier seul, tout comme le FN. Enfin, les Verts emmenés par Ghilaine Jeannot-Pagès tenteront de surfer sur leurs performances de juin dernier.

Tout cela pour dire que ce marathon politique local sera certainement très intéressant. J’en parlerai régulièrement sur ce blog, notamment en revenant prochainement sur les programmes et les candidats des principales listes.

Ci-joint, un document PDF à télécharger, présentant un rappel des résultats des élections de 2004, et le nom des actuels élus. [cliquez ici]




> Un bal pour Haïti

22012010

balhaiti.png




> Régionales : la vraie campagne est lancée !

15012010

belections.bmp

urne.pngA tout juste deux mois du premier tour des élections régionales, la pré-campagne, comme on appelle cette période floue durant laquelle listes et tractations sont réalisées, est en train de laisser sa place à la véritable campagne, en Limousin.

En témoigne l’ouverture des « QG » des deux principales forces en présence. La semaine dernière, l’UMP et Raymond Archer inauguraient leur permanence, avenue de la Libération. Aujourd’hui ce sera au tour de Jean-Paul Denanot, rue Jean Jaurès, alors qu’on sait que le président sortant conduira une liste PS-ADS en mars prochain.

La campagne devrait bien évidemment prendre de plus en plus de place dans l’actualité et les médias locaux, comme sur le blog. J’aurai bien sûr l’occasion d’en reparler plus en détail, notamment quand les programmes des différentes listes seront connus, certainement courant février.

Enfin, si cette élection a valeur de test pour la majorité comme pour l’opposition, elle a aussi une tonalité particulière pour moi, puisqu’il s’agira de la première échéance à laquelle je participerai en tant que citoyen électeur (j’aurai 18 ans le 18 février). Mise à part la certaine excitation qui commence à me traverser, à l’heure où l’on reparle d’un éventuel droit de vote des étrangers aux élections locales, je reste conscient que le droit de vote reste sûrement un des droits fondamentaux que la république se doit de garantir à l’intérieur de ses frontières, pour ses citoyens bien entendu, mais aussi à ceux qui vivent et travaillent chaque jour sur le territoire, et de promouvoir ailleurs.




> Pour le droit de vote des étrangers !

12012010

bsocit.bmp

droitdevoteetrangers.pngPrésentant ce matin ses voeux à la presse, Martine Aubry, première secrétaire du Parti Socialiste, a annoncé que son parti entendait déposer une proposition de loi visant à autoriser le droit de vote des étrangers aux élections locales.

Cette idée, qui fait partie des idéaux socialistes (et plus généralement de la gauche toute entière) depuis près de 30 ans et sa première évocation dans les 110 propositions de campagne de François Mitterrand, n’a encore jamais été validée. Finalement écartée par le président socialiste qui ne jugeait pas les Français prêts à accueillir cette mesure, ce véritable serpent de mer a depuis lors était l’objet de nombreuses tentatives de vote, qui ont toutes échoué, la dernière en date ayant été faite à l’occasion de la réforme constitutionnelle de 2008. Rappelons que les ressortissants de l’UE peuvent depuis le traité de Maastricht voter aux élections européennes et municipales françaises.

En 2006, 50 % des Français se déclaraient favorables à l’accord du droit de vote aux étrangers (sondage CSA), alors qu’ils n’étaient que 28 % en 1996. La preuve que les mentalités évoluent. Certains pays ont depuis longtemps accordé ce fameux droit, comme la Suède, dès 1975, ou la Belgique il ya 5 ans. Les craintes les plus grandes viennent d’une idée de vote communautaire. Cependant, diverses études ont montré que les étrangers votaient en majorité selon leur classe sociale, c’est-à-dire plutôt comme les citoyens français…

Fortement soutenue par l’extrême-gauche, les Verts et les socialistes, la proposition, depuis quelques années, est jugée favorablement par certaines personnalités de droite, dont le ministre et ancien socialiste Eric Besson, ou Nicolas Sarkozy lui-même, qui cependant n’a pas retenu l’idée dans sa campagne en 2007. Est-on droit de croire enfin au vote historique d’une telle proposition ? La droite, globalement symbole de division sociale, notamment avec le très critiqué débat sur l’identité nationale, et qui semble vouloir en cette période électorale, ramener sur le devant de la scène le douteux dossier « insécurité », peut-elle prouver qu’elle sait valider des propositions qui sauraient montrer que la France reste malgré tout un pays d’accueil, la terre des droits de l’homme ?

Photo : affiche de l’exposition photo « Parisiens d’ailleurs, citoyens d’ici » réalisée par M. Poussier et L. Geffroy en 2006




> Il paraît que c’est l’hiver…

9012010

bsocit.bmp

ruedefontaury.pngUne fois n’est pas coutume, parlons du temps qu’il fait. Encore de la neige ! Oui, oui ! A Limoges ! Soyons clairs, ce nouvel épisode neigeux, le quatrième en un peu plus de 3 semaines, alors que nous ne sommes que début janvier, cela a de quoi déstabiliser les citadins que nous sommes. Alors qu’on était habitués en ce début de XXIe siècle, réchauffement oblige, à ne plus voir autant de blanc… Chaque année, un bref épisode prend tout le monde de court, au grand dam des automobilistes, remontés comme des pendules contre quelque équipe de déneigement ou service météorologique qui n’auraient pas su prévenir et guérir les 3 cm tombés sur la région.

Alors, oui, cette neige ennuie bien tout le monde, des personnes isolées dans leur village des monts d’Ambazac ou d’Eymoutiers, jusqu’aux employés limougeauds, en passant par les piétons mis en danger par les routes glissantes, les routiers et les écoliers les plus frustrés de ne pouvoir se rendre en classe (!). Oui, cette neige a bien des inconvénients. Et puis même, servira-t-elle aux détracteurs du réchauffement de la planète ? 50 cm dans la vallée du Rhône, on ne voit pas ça tous les jours ! De là à organiser les prochains JO d’hiver à Montélimar… Mais a-t-on déjà vu des passants autant se parler dans la rue que pendant un jour de neige ? La neige rapprocherait ? Un peu (toutes proportions gardées) comme la tempête de 1999, en quelque sorte ?

Quoi qu’il en soit, on sait pertinemment qu’on sera tous content d’ici fin janvier, de voir les premiers rayons tièdes du soleil, et de ranger définitivement les après-ski et les moufles. Avant de nous plaindre de ne pas avoir eu un véritable hiver.

Photo : la rue de Fontaury ce matin (LD)




> L’eau de Saint-Sylvestre radioactive ?

9012010

benvironnement.bmp

grandmont.pngPrès d’un an après l’ »affaire de l’eau de Limoges » (diffusion du reportage de France 3 dénonçant la pollution radioactive des monts d’Ambazac et de l’eau de la ville), les dégâts de l’uranium refont parler d’eux dans l’actualité locale.

Et c’est encore France 3 qui dévoile l’affaire. La CRIIRAD, organisme indépendant chargé de la surveillance de la radioactivité en France, met ainsi en cause la qualité de l’eau potable de la commune de Saint-Sylvestre, près d’Ambazac, qui serait dangereuse en particulier pour les jeunes enfants et les femmes enceintes. Un enfant buvant chaque jour un verre d’eau potable dépasserait 60 fois la limite maximale d’exposition admise pour les adultes. Selon des prélèvements effectués en décembre chez un particulier du village, le litred’eau contiendrait un taux de radon bien supérieur à la normale, soit 1230 becquerels. Les prélèvements réalisés à Limoges et Bersac-sur-Rivalier sont eux, tout à fait rassurants.
La DDASS se veut rassurante, mettant en avant la radioactivité naturelle de la zone, et le maire Maurice Couturier temporise, mais rappelons que la CRIIRAD ne cesse de remettre en cause les seuils limite actuels et devrait continuer à faire pression sur le ministère de la Santé grâce à ces mesures. Affaire à suivre donc.

Photo : Grandmont (commune de St-Sylvestre), Google Street View







Mascara |
ARBIA |
hors-micro |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | joaniz
| FO Assurances 77
| Info33