• Accueil
  • > Limousin
  • > > L’UMP compte ‘bien’ se refaire aux régionales

> L’UMP compte ‘bien’ se refaire aux régionales

22 03 2009

belections.bmp

Regardons le titre que j’ai choisi. Tout est dans le « bien ». On peut le comprendre de deux façons. Premièrement, « l’UMP compte se refaire de bonne manière pour les régionales ». C’est possible. En tout cas le parti présidentiel ne peut pas faire pire. En précisant ses candidats un an avant l’échéance, le parti a fait le choix de bien préparer cette élection qu’il avait largement perdue il y a 5 ans. Mais n’est-ce pas un peu tôt, avant les européennes ? Deuxièmement, « l’UMP espère à tout prix se sortir sans trop de mal » des régionales. Cette vision rejoint la première au titre que la majorité doit prouver qu’elle peut gagner archer.pngà l’échelle locale, chose qu’elle n’a plus faite depuis les élections régionales de 1998. Après les échecs des municipales et des cantonales de l’année dernière, et face au contexte économique et politique difficile, la droite se doit de se rassurer.

En attendant les désignations socialistes, visiblement pas avant la fin de l’année, les candidats UMP pour les élections régionales de mars prochain sont donc connus. Sans surprise, Valérie Pécresse conduira la liste en Île-de-France, et en Limousin, c’est Raymond Archer, 6 ans après son échec cuisant contre Jean-Paul Denanot, succédant à Robert Savy, qui portera les couleurs de l’UMP. Avec pour mission de faire mieux qu’en 2004, quand il avait remporté 38 % des suffrages au 2nd tour, allié à l’UDF de Jean-Claude Deschamps, qui ne devrait certainement pas le rallier à en juger les positions locales du MoDem.

A noter que dans certaines régions, les primaires n’ont pas été organisées, soit parce que la majorité détient les présidences des conseils, soit parce que les candidats ne sont pas officiellement déclaré (c’est le cas en Auvergne et en PACA, où Brice Hortefeux et Hubert Falco respectivement devraient être annoncés dès septembre comme têtes de liste, et aussi en Guyane, en Martinique, en Guadeloupe et à la Réunion).

Les têtes de liste connues :

  • Alsace : connu en septembre
  • Aquitaine : Xavier Darcos (61 ans, ministre de l’Education nationale)
  • Auvergne : connu en septembre
  • Basse-Normandie : Alain Lambert (62 ans, sénateur de l’Orne)
  • Bretagne : Jacques Le Guen (51 ans, député du Finistère)
  • Bourgogne : Alain Suguenot (57 ans, député de Côte-d’Or)
  • Centre : Hervé Novelli (60 ans, secrétaire d’Etat au Commerce, aux PME et au Tourisme)
  • Champagne-Ardenne : Jean-Luc Warsmann (43 ans, député des Ardennes)
  • Corse : connu en septembre
  • Franche-Comté : Alain Joyandet (55 ans, secrétaire d’Etatà la Coopération et la Francophonie)
  • Guadeloupe : connu en septembre
  • Guyane : connu en septembre
  • Haute-Normandie : Bruno Le Maire (39 ans, secrétaire d’Etat aux Affaires européennes)
  • Île-de-France : Valérie Pécresse (41 ans, ministre de l’Enseignement supérieur et de la recherche)
  • Languedoc-Roussillon : Raymond Couderc (62 ans, député-maire de Béziers)
  • Limousin : Raymond Archer (67 ans, conseiller général de la Haute-Vienne)
  • Lorraine : Laurent Hénart (40 ans, député de Meurthe-et-Moselle)
  • Martinique : connu en septembre
  • Midi-Pyrénées : Brigitte Barèges (55 ans, député-maire de Montauban)
  • Nord-Pas-de-Calais : Thierry Lazaro (48 ans, député du Nord)
  • Pays-de-la-Loire : Roselyne Bachelot (62 ans, ministre de la Santé, de la Jeunesse et des Sports)
  • Picardie : Caroline Cayeux (60 ans, maire de Beauvais)
  • Poitou-Charentes : Henri de Richemont (62 ans, conseiller régional)
  • Provence-Alpes-Côte-d’Azur : connu en septembre
  • Rhône-Alpes : Françoise Grossetête (62 ans, députée européenne)
  • Réunion : connu en septembre

Actions

Informations



2 réponses à “> L’UMP compte ‘bien’ se refaire aux régionales”

  1. 18 04 2009
    jofall88 (15:10:11) :

    http://www.europeennes2009-grandest.fr/

    Le site de la liste Debout La république pour les élections européennes dans le Grand Est.

    Ce site sera évolutif sur toute la durée de la campagne.
    La liste sera emmenée par Jean Pierre Gérard (Franche Comté) et Élisabeth Laithier (Lorraine).

    Bien à vous.

  2. 25 06 2009
    clem (07:38:11) :

    La droite se « refera-t-elle » ? C’est assez probable, dans la mesure où elle dispose en effet d’une marge de manoeuvre quasi-totale, et que la gauche avait remporté les régionales de 2004, triomphalement certes, mais dans un contexte particulier : comme pour les Européennes qui ont suivi, quelque mois plus tard, la droite était divisée entre UMP et UDF, et le FN avait été, dans de nombreuses régions, en mesure de se maintenir au second tour. Résultat : dans 8 des 20 régions qu’elle a gagné, la gauche a bénéficié d’une triangulaire, où ses adversaires étaient divisés, et où une majorité relative a suffi, y compris dans des bastions de la droite (Lorraine, Champagne,…). L’année prochaine la situation sera différente : sauf quelques exceptions, le FN ne sera guère présent au second tour, selon toute probabilité, et l’UDF n’existe plus : sa « frange droite », le Nouveau Centre, fera sans doute comme pour les toutes récentes Européennes, il s’alliera à l’UMP, qui s’en trouvera renforcé de facto.
    La situation du Modem est plus difficile à juger. Il peut très bien (les dernières Européennes l’ont démontré) ne dépasser nul part les 10% . Mais il peut aussi créer la surprise et être en mesure, sinon de gagner, au moins « d’arbitrer » le second tour, en choisissant de soutenir ou de blâmer, de se retirer ou de se maintenir. Si ce cas de figure se produisait, ce serait probablement au détriment du PS, qui perdrait quelques voix dès le premier tour. Dans ce cas, pour la gauche, le choix est ouvert : soit on s’unit dès le premier tour, à l’instar de ce qu’a proposé Cohn-Bendit (mais dans ce cas, il faudra convaincre le Parti de Gauche de Mélenchon et le NPA de Besancenot, et ce n’est pas gagné !), soit on attend le second tour… avec le risque (non négligeable) que les reports de voix se fassent mal, ou que l’écart creusé par la droite soit déjà impossible à combler…

    Enfin, une dernière remarque : il est remarquable que, pour ces Régionales, l’UMP adopte une stratégie diamétralement opposée à celle choisie pour les Européennes : ils s’y prennent très tôt pour nommer leurs candidats. Sans doute parce que, contrairement au PS, ils ont peu de présidents sortant…

Laisser un commentaire




Mascara |
ARBIA |
hors-micro |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | joaniz
| FO Assurances 77
| Info33