> Vers la fin de l’aberration « Tarnac » ?

2 12 2008

blim.bmp

tarnac2.pngAvec la libération aujourd’hui de trois « suspects » arrêtés à Tarnac le 11 novembre dernier, soupçonnés d’avoir commandité les sabotages sur des voies SNCF entre octobre et novembre, l’espoir d’un relâchement de la totalité des suspects et de la fin de l’enquête sur ces personnes vivant dans ce village du plateau de Millevaches grandit.

Une arrestation sans preuves qui avait ému la population du village, ainsi que beaucoup de français. En effet, selon les soutiens des arrêtés, opposants à cette mise en détention, l’appartenance des suspects à un groupe d’extrême-gauche anarchiste, et notamment leur « actions » parallèles telle leur opposition à la tenue du colloque des ministres de l’Intégration de l’UE à Vichy le 3 novembre, avait été mise en avant comme argument n°1 des autorités judiciaires pour l’interpellation. D’autant plus qu’il s’était avéré que les personnes en question n’avaient pas présentement causé de torts, et n’avaient en aucun cas formé de cellule terroriste… Rappelons que les mis en cause avaient repris l’épicerie-bar de Tarnac et s’étaient très activement impliqués dans la vie de la commune.

L’accusation affirmait posséder des indices mais aucune preuve exploitable.

En revanche, deux personnes sont toujours incarcérées à Paris : le chef présumé de l’organisation politique Julien Coupat et sa compagne. Leur avocate s’est déclarée réjouie de la libération mais inquiète vis-à-vis du maintien en prison des deux autres.

Enfin, peut-être peut-on signaler que ces actes contre les infrastructures ferroviaires se sont poursuivis après les évènements de Tarnac. La justice française doit donc trouver ceux qui sont réellement impliqués dans l’affaire, et cette fois ci sans amalgames…


Actions

Informations



Laisser un commentaire




Mascara |
ARBIA |
hors-micro |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | joaniz
| FO Assurances 77
| Info33